Erdoǧan nouveau « père » des Turcs ou père d’une Turquie nouvelle ?

ERdogan couvertureParue au printemps, quelques mois avant la tentative de coup d’État contre le président Erdoǧan et l’immense purge, toujours en cours, qui l’a suivi, la remarquable biographie de Recep Tayyip Erdoǧan, écrite par Nicolas Cheviron et Jean-François Pérouse1 permet d’inscrire ces évènements dans une perspective plus large, en éclairant le parcours de l’homme fort de la Turquie et les fractures qui divisent la société et la vie politique turques. Fracture entre les héritiers d’Atatürk ( = le père des Turcs), selon le surnom donné à Mustafa Kemal depuis 1934 et les partisans de Recep Tayyip Erdoǧan, que les deux auteurs présentent comme le « nouveau père de la Turquie ». Un qualificatif que ne renierait pas l’intéressé lui-même : Recep Tayyip Erdoǧan aime à inscrire son action dans la continuité de celle de son illustre prédécesseur, Mustapha Kémal dont il met en avant le combat en faveur d’une Turquie indépendante et développée. Erdoǧan aurait compléter cette œuvre en permettant à son pays de retrouver « son essence et son esprit », avec un régime  conservateur au plan des mœurs (valorisation de femme gardienne de la famille),  libéral au plan économique, et affichant sans complexe ses convictions religieuses (restriction à la vente d’alcool, autorisation du port du voile dans la fonction publique et les universités, développement des écoles d’imams et de prédicateurs)…., mais au fond tout aussi autoritaire. Alors nouveau père de la Turquie ? Dirigeant autoritaire d’une Turquie nouvelle que la longévité de son pouvoir a tout autant façonnée que révélée : telle est l’image qui se dégage de cette biographie solidement documentée et remarquablement équilibrée.

Pour présenter cette figue qui domine la vie politique turque depuis plus de 20 ans, les deux auteurs ont adopté un plan chronologique très clair, évoquant successivement la « formation », l’ « ascension », la « métamorphose », la « consolidation » puis enfin le « vertige » : parvenu au sommet du pouvoir, Recep Tayyip Erdoǧan dirige une Turquie au bord du gouffre, gagnée par la violence terroriste, une violence entretenue par ses dissensions internes (entre partisans et opposants de l’AKP, entre Kurdes et Turcs…) et le conflit syrien. Depuis une dizaine d’années, il s’est engagé dans un  bras de fer contre tous ceux qui pourraient contester son pouvoir : procès qui permettent d’épurer la magistrature ou l’armée, répression des manifestations (comme le mouvement de Gezi), intimidation des journalistes et censure d’organes de presse. En ce sens, l’épuration qui touche aujourd’hui les différents corps de la fonction publique turque prolonge, avec une toute autre ampleur il est vrai, une politique menée depuis des mois voire des années. Elle est soutenue par une large partie de la population, celle qui qui vote massivement en sa faveur et qui est descendue dans les rues à l’appel du président menacé. Ce sont ces succès électoraux répétés qui ont permis à Erdoǧan et ses partisans d’occuper les différents rouages du pouvoir turc d’où ils peuvent aujourd’hui mener la répression.

L’héritier de l’islam politique turc

La première partie du livre qui décrit l’islam politique turc et sa progression dans l’opinion publique depuis le milieu des années 1950, constitue un des apports les plus originaux de l’ouvrage. Rares sont les synthèses en français sur cet aspect de la vie politique  turque et celle-ci est donc particulièrement bienvenue. Recep Tayyip Erdoǧan a fait ses premiers pas en politique au sein de la MTTB, l’union nationale des étudiants turcs, vieille institution de la droite turque (sa création remonte à 1916), farouchement anticommuniste qui se lie dans les années 1960 à la ligue islamique mondiale et promeut alors le retour à des valeurs morales, religieuses et nationales. Dans les années 1970, elle forme bien des militants d’une « mouvance conservatrice en quête de revanche » sur le kémalisme, dont Recep Tayyip Erdoǧan. Né en 1954, issu d’un milieu modeste (son père, récemment immigré à Istanbul du Rize – région de la mer Noire – travaille comme capitaine d’un bateau sur le Bosphore), footballeur au sein de l’équipe de la Régie de l’électricité, des tramways et des funiculaires d’Istanbul, Recep Tayyip Erdoǧan commence sa vie de militant dans cette organisation et y rencontre bon nombre de ses futurs compagnons de route, dont Abdullah Gül et Ahmet Davutoǧlu. Son ascension est inséparable de celle de l’islam politique en Turquie dont le « père », Necmettin Erbakan, fonde successivement le parti de l’ordre national (Milli Nizam Partisi, MNP) en 1970, interdit après le coup d’État de septembre 1980, qui épargne relativement la mouvance religieuse, puis le parti de la prospérité (Refah Partisi) en 1983. Ce dernier promeut un « ordre juste » (adil düzen), fondé sur la libre initiative et le soutien, dans un esprit paternaliste et charitable, des plus démunis. Contre un capitalisme jugé « esclavagiste », il exalte l’être humain, la justice et le droit divin, celui qu’invoquent les « opprimés » au plan religieux par la laïcité kémaliste. Si Recep Tayyip Erdoǧan ne fait pas partie des membres fondateurs, il y adhère et devient très vite un de ses cadres pour la région d’Istanbul. Les campagnes électorales qu’il y mène lui offrent l’occasion d’imprimer sa marque. Recep Tayyip Erdoǧan n’hésite pas à faire appel à des femmes militantes, voilées ou non, pour mieux conquérir les électeurs au-delà des cercles religieux conservateurs. En 1994, son activisme paie : il est élu à la mairie d’Istanbul, une ville qui accueille à l’époque 350 000 migrants chaque année, nécessitant la construction de 80 000 logements, 50 écoles primaires, 16 collèges, 6 lycées (selon un rapport publié par la mairie, cité p.147). Necmettin Erbakan est quant à lui nommé premier ministre en juillet 1996. Mais le 28 février 1997, le Conseil de la sécurité nationale met fin à l’expérience islamiste. Le parti de la prospérité est contraint de céder aux exigences de l’armée et de la magistrature. Il est supprimé en 1998, et Recep Tayyip Erdoǧan, accusé d’avoir tenu des propos antikémalistes, envoyé en prison. Sa courte détention est l’occasion d’une « métamorphose ». Recep Tayyip Erdoǧan rompt avec son « maître », N. Erbakan, et fonde un nouveau parti, l’AKP (Adalet ve Kalkınma Partisi, parti de la justice et du développement), qui sera sa machine de guerre pour atteindre le sommet du pouvoir.

Au faîte du pouvoir

La classe politique est alors complètement discréditée : le séisme d’octobre 1999 (près de 20 000 morts) a mis en lumière des vices de construction synonymes de corruption généralisée et l’instabilité politique a des conséquences dramatiques sur l’économie (dévaluation de la monnaie, forte inflation, rebonds du chômage qui dépasse 10% de la population active en 2002). Aux élections générales de novembre 2002, le nouveau parti rafle plus de 34% des suffrages. Recep Tayyip Erdoǧan devient alors Premier ministre de Turquie (14 mars 2003), poste qu’il va mettre à profit pour consolider son pouvoir en réduisant l’opposition laïque, héritière du kémalisme, en attaquant successivement ses différents bastions : l’armée et la haute magistrature. Après quelques années d’ouverture démocratique (2003-2007), qui coïncident avec de nouvelles démarches en faveur de l’entrée de la Turquie dans l’Union européenne, l’heure est à la « confrontation » (2007) à coup de grands procès (affaires Ergenekon), tandis que les victoires électorales de l’AKP lui permettent d’occuper tous les hauts postes de l’État. Recep Tayyip Erdoǧan acquiert une stature internationale, proche un moment de Berlusconi et de Poutine, artisan, avec Ahmet Davutoǧlu, d’une politique « néo-ottomane » tournée vers l’Asie centrale et le Proche-Orient, héraut de la cause palestinienne dans le monde arabe après l’attaque de la « flotille » destinée à briser le blocus de Gaza par Tsahal en mai 2010. Proche des milieux d’affaires dont plusieurs figures ont financé les études de ses enfants en Occident selon une pratique courante de la haute bourgeoisie turque, il met en scène son ascension lors des somptueuses cérémonies de mariage (plusieurs milliers d’invités) qui scellent des alliances avec cette même classe d’entrepreneurs.

D’autres transformations moins visibles sont pointées du doigt par N. Cheviron et J.-F. Pérouse, tous deux fins connaisseurs de la société turque. Les identités secondaires se manifestent davantage, l’Assemblée compte désormais trois députés d’origine arménienne et une chaîne publique en kurde a été lancée. Avec les Kurdes, Recep Tayyip Erdoǧan a oscillé entre ouverture (au nom d’une commune appartenance à l’islam sunnite) et répression (au nom d’un nationalisme étroit).

Contestations et raidissements

Le début des années 2010 est pourtant moins favorable à Recep Tayyip Erdoǧan : les révolutions arabes mettent à bas sa politique « néo-ottomane ». Il rompt avec Bachar al-Assad, puis avec l’Égypte reprise en main par les militaires. Son régime est accusé de complaisance avec les djihadistes, et doit faire face à de nouvelles oppositions : celle de la confrérie de Fethullah Gülen dont il a longtemps été un allié et celle qui s’est cristallisée autour de la défense du parc de Gezi à Istanbul. La seconde est sévèrement réprimée, la première réduite par une épuration de corps d’État particulièrement « infiltrés » (magistrature, police) tandis que ses médias sont muselés. Ce raidissement est perceptible jusqu’à ces derniers mois comme en témoignent les menaces qui planent sur le monde universitaire, les milliers d’arrestations et d’emprisonnement arbitraires d’opposants, et plus généralement l’effrayant recul des droits de l’homme. La démocratisation espérée au début des années 2000 paraît bien loin. En août 2014, Erdoǧan est élu président de la Turquie avec des pouvoirs très étendus. En juillet 2016, un coup d’État fait vaciller son pouvoir pendant quelques heures. L’énorme épuration aujourd’hui en cours dans tous les corps de l’État ne devrait que le consolider et faire de Recep Tayyip Erdoǧan le père d’une société turque profondément bouleversée.

  1. Nicolas Cheviron, Jean-François Pérouse, Erdoǧan, Nouveau père de la Turquie, Paris, Editions François Bourin, 2016 []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *