La démographie peut-elle expliquer les révolutions dans le monde arabe ?

C’est une des questions que posait Youssef Courbage, directeur de recherches à l’INED et spécialiste du monde arabe, ce jeudi 6 octobre dans le cadre du Voyage des savoirs cycle de conférences organisées à Lyon par le GREMMO. Pour lui, il n’y a pas de doute, la transition démographique (qui passe par le déclin de la fécondité) mène à la transition démocratique : le contrôle des naissances suppose et induit une plus grande égalité au sein de la famille (entre maris et femmes comme entre parents et enfants) et conduit à accorder davantage de place aux individus. Toutes ces transformations ne peuvent pas, selon Youssef Courbage, ne pas avoir de conséquences au plan politique. Quand une population prend en main sa destinée démographique (mariage, procréation), elle ne peut pas laisser à d’autres le soin  de décider de son avenir politique. Youssef Courbage va même jusqu’à défendre l’idée d’un modèle qui associerait famille élargie et autoritarisme d’une part, famille restreinte et démocratie de l’autre, tout en reconnaissant que la Chine constitue une notable exception.

Plus convaincante parce qu’elle établit un lien qui n’est pas une relation causale directe, l’idée que la rapidité de la transition démographique engendre ou révèle de telles transformations  qu’elle ne peut pas ne pas avoir de conséquences au plan politique. Y. Courbage insiste sur la rapidité et la brutalité de cette transition démographique : en 40 ans, les pays arabes ont vu leur fécondité s’effondrer. Là où il y avait sept, huit ou neuf enfants par femme dans les années 1970, il y en a maintenant un, deux ou trois (5 au Yémen). Cette baisse de la fécondité s’accompagne d’autres transformations comme le développement du célibat ou la hausse de la scolarisation des femmes : au Maroc, en 2010, pour la tranche d’âge des 30-34 ans, 42% des hommes ne sont pas mariés, et 33% des femmes. Dans ce pays, le célibat à 50 ans concerne de 6 à 7 % des hommes aujourd’hui, contre moins de 1% il y a 30 ans, et le taux de mariage entre cousins est de 15 % alors qu’il s’établissait à 30% en 1995. Dans beaucoup de pays arabes, les taux de scolarisation à l’université sont plus élevés pour les filles que pour les garçons. Au Yémen les filles de 15 à 24 ans sont aussi instruites que les garçons du même âge.

Il faudrait ajouter l’urbanisation massive et elle aussi très rapide qui fait qu’aujourd’hui plus des deux tiers de la population du monde arabe vit en ville contre 25% en 1950. En revanche, le travail féminin salarié reste relativement peu développé : là où il est le plus élevé, le taux de travail des femmes oscille autour de 30% alors qu’il s’établit à 90% en Corée du Sud ou à Singapour.

Youssef Courbage réfute l’idée couramment avancée d’une révolution qui serait celle de la « youth bulge »  (la « bulle » de la jeunesse) avec deux arguments : dans beaucoup de pays en révolution, la proportion des jeunes (15-24 ans) a commencé à diminuer. On pourrait répondre que c’est moins vrai si on étend un peu la catégorie « jeunes », aux « jeunes adultes » qui, plus diplômés que leurs aînés ne trouvent pas de place sur le marché de l’emploi. Le second argument avancé par Y. Courbage repose sur une mise en parallèle des révolutions arabes et des mouvements des « Indignés » qui touchent plusieurs pays comme l’Espagne, le Portugal, la Grèce, ou Israël, autrement dit des pays où la bulle démographique des jeunes n’est pas en cause. Même s’il existe des points communs. Y. Courbage rappelle à ce propos que  le taux de chômage des jeunes de 20 à 29 ans en Italie est de 30% comme au Maroc.

Y. Courbage a commencé sa conférence en présentant l’ouvrage qu’il a écrit avec Emmanuel Todd, Le rendez-vous des civilisations paru en 2007 à Paris aux éditions du Seuil (La République des idées). Il y montre comment, au plan démographique, il n’y a pas de monde musulman, ni de monde arabe. C’est une « fiction » qui ne tient pas compte de la diversité des Etats et des populations qui composent ces différents ensembles. Les « révolutions arabes » ont remis au goût du jour l’expression et donc la catégorie « monde arabe ». Leur situation démographique demeure pourtant contrastée. Comme le faisait remarquer Y. Courbage, au sein des Etats qui connaissent des phénomènes révolutionnaires comme parmi ceux qui restent à l’écart de cette vague contestataire, se trouvent des pays qui ont achevé leur transition (Tunisie, Bahreïn, Liban), d’autres qui sont en voie de le faire (Libye, Algérie), d’autres enfin ou la transition « piétine » (Égypte, Syrie, Yémen, Jordanie). Si la démographie se révèle utile pour éclairer le contexte général dans lequel ces révolutions ont pris naissance, elle laisse cependant dans l’ombre ce qui permet d’expliquer pourquoi elles ont éclaté là et non ailleurs.


2 réflexions au sujet de « La démographie peut-elle expliquer les révolutions dans le monde arabe ? »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *