Circulations et migrations : quelles régulations dans un monde globalisé ?

Du 31 mars au 2 avril 2016, s’est tenue à la Cité internationale universitaire de Paris (CIUP) la seconde édition de l’Université de la Paix sur le thème « paix et migration, penser le monde autrement ». Voici un compte-rendu subjectif de trois jours de tables-rondes, conférences, débats et projections.

Dans notre monde, l’argent circule librement, (trop librement aux yeux de certains), les organisations internationales encouragent le va et vient des biens et des services, mais de très nombreux obstacles s’opposent à la circulation des personnes. C’est par ce constat qu’Antonio Guterres, ancien haut-commissaire aux réfugiés pour l’ONU a ouvert sa conférence à l’université de la Paix organisé par la CIUP du 31 mars au 2 avril. Partant du constat de l’augmentation des flux migratoires (elle-même liée à la multiplication et à la durée des conflits) et des besoins des pays européens dont la population vieillit et répugne à occuper certains emplois, A. Guterres a plaidé pour une meilleure organisation et un plus grand contrôle de ces flux, régulation qui serait en outre un moyen de réduire les profits des passeurs. Rappelant que la plupart des réfugiés sont accueillis dans des pays en développement, il a déploré que l’attitude de l’Europe soit si frileuse et si contraire à sa tradition d’asile. Un peu plus d’un million de réfugiés ont frappé à la porte de l’Europe ces derniers mois. Rapporté à sa population, cela représente une personne pour 2000 habitants : si important soit-il, ce flux n’était pas et n’est pas ingérable pour les pays développés, à condition qu’ils acceptent d’investir dans le renforcement de leur cohésion sociale, de soutenir les pays du premier accueil (comme la Grèce), et de réguler les mouvements migratoires. L’approche choisie par A. Guterres (liberté de circulation de l’argent, des biens et des services vs entraves à celle des personnes) suggérait bien la voie à suivre selon lui (mais aussi selon bien des travaux académiques sur la question) : favoriser une plus grande liberté de déplacement à l’échelle du globe. De ce point de vue, insister sur une nécessaire régulation visait tout autant à tracer les lignes d’une possible mise en œuvre de cette politique qu’à la rendre acceptable par des classes politiques et des opinions européennes plus que réticentes.

A. Guterres a aussi plaidé pour une approche plus collective de la « crise des réfugiés » actuelle, sans insister sur le fait qu’il s’agirait là d’une rupture avec le droit des réfugiés tel qu’il s’est défini depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale. La convention de 1951 définit le droit des réfugiés comme un droit individuel. Désormais la charge de la preuve incombe aux réfugiés, alors que l’apatride russe exilé des années 1920 n’avait pas besoin de prouver que sa crainte de la persécution était fondée. Lors de la table ronde « Le phénomène migratoire : histoire et nouvelle donne », le philosophe Javier de Lucas Martin faisait remarquer que l’accord signé récemment entre la Turquie et l’Union européenne allait en quelque sorte au bout de cette logique d’individualisation. Les réfugiés ne sont même plus des personnes avec une histoire singulière, mais des individus interchangeables, puisque l’un peut être renvoyé en Turquie, pour un autre reçu en Europe.

Ainsi que l’a rappelé Dzovinar Kevonian lors de cette même table ronde, le droit d’asile s’est pourtant constitué à l’origine comme un droit collectif dans les années de la fin du XIXe-XXe, pendant et après la Première guerre mondiale. Ce droit est contemporain de la consolidation des États modernes, de la mise en place des papiers d’identité et de voyage, de mouvements de population massifs (des juifs de Russie et d’Europe centrale, des Russes « blancs », puis des Républicains espagnols). Dans les années 1920, qui sont aussi celles de la construction de la Cité internationale Universitaire de Paris, on estime qu’il y a environ 10 millions de réfugiés en Europe. Ce sont avant tout des Européens qui obtiennent l’asile à titre collectif. Durant le second XXe siècle et en dépit des orientations prises en 1951, l’approche collective n’a pas été complètement abandonnée : elle a bénéficié aux boat-people fuyant la guerre du Vietnam ou aux Chiliens chassés par la dictature de Pinochet. À la fin de sa conférence, A. Gueterres a suggéré qu’il y avait là une voie à suivre pour aborder la « crise » syrienne.

Le lendemain, Pierre Vimont et Pascal Brice, tous deux diplomates, l’un ancien numéro deux du service diplomatique européen (et le « Claude Maupas » de la B.D. Quai d’Orsay), l’autre directeur de l’OFPRA (Office français de Protection des Réfugiés et des Apatrides), ont apporté un autre éclairage sur cette crise. Le premier a en a décrit les manifestations au niveau européen : l’absence de concertation (on ferme les frontières sans avertir les partenaires), le délitement de la solidarité (la ligne « Orban » du chacun pour soi et de la fermeture s’imposant finalement) et les hésitations politiques (de la « relocation » à la fermeture des frontières et au fameux accord avec les Turcs). Pour y remédier, il faudrait recréer un « esprit européen », et renouer avec une solidarité qui pourrait passer par des voies financières. Sans vouloir se montrer trop pessimiste, Pierre Vimont a laissé cependant paraître son inquiétude comparant implicitement la crise des réfugiés de 2015-2016 à la crise financière de 2008, un événement ébranlant les fondements mêmes de l’Europe. Pascal Brice s’est félicité de la récente réforme de l’OFPRA qui a permis à la France d’accueillir 80 000 demandeurs d’asile en 2015 (contre un million en Allemagne). À ses yeux, la politique de l’asile devrait « grandir », car aucune limite n’est, en droit, fixée à l’OFPRA dont la raison d’être et l’action reposent sur la distinction nette entre le droit d’asile et la politique migratoire.

C’est cette même distinction qui a été au cœur du débat organisés par des résidents autour « des voix inaudibles de la crise syrienne ». Inaudibles parce que le traitement qu’en proposent les médias est souvent réducteur ou tendancieux (comme l’a montré Sophie Mazet), et que les principaux concernés, les réfugiés eux-mêmes, ont rarement droit à la parole. Lui-même réfugié et accueilli à la Cité depuis l’automne 2015, Kahtan al-Harbat a affirmé : « je fais partie de la crise ». Il a ensuite raconté qu’en 2010, il avait envisagé de poursuivre ses études en Europe. Quelques années plus tard, la guerre civile en Syrie a fait de lui un réfugié, parti dans la précipitation, arrivé en Europe au terme d’un voyage périlleux, incertain quant à son éventuel retour dans son pays. Sur sa route, il a rencontré des Afghans en quête d’une vie meilleure et il s’interroge sur ce qui le sépare d’eux. S’il a lui-même fui un régime qui le persécutait, on sentait à l’écouter que la migration de ses compagnons d’infortune ne lui paraissait pas illégitime et lors de la discussion largement ouverte à la salle par Kahina Méziant, la séparation entre migrants et réfugiés, entre départ volontaire et exil forcé, est apparue moins nette. De retour d’un travail de terrain dans les camps de réfugiés au Nord du Liban, Layal Twal a témoigné de l’engagement de nombreuses ONG et de bien des Libanais en faveur du million (voire plus) de Syriens installés au pays du cèdre, où il représente entre ¼ et ⅓ de la population.

Au fil des rencontres et des débats, la crise « syrienne » est apparue comme la manifestation d’un phénomène bien plus massif, récurrent dans l’histoire et appelé à s’amplifier. D’où l’urgence à continuer à le penser et à en débattre.

Pour consulter le programme dans son ensemble, voir ici.

Les conférences et tables-rondes dont il est question dans ce billet sont les suivantes :

– « Le phénomène migratoire: histoire et nouvelle donne » avec Dzovinar Kevonian et Javier de Lucas Martin, jeudi 31 mars, 14h30, maison de la Tunisie

– « Les populations en mouvement au XXIe siècle », avec A. Guterres, jeudi 31 mars, 20h, maison Heinrich Heine.

– « Gestion des flux migratoires, politique migratoire » avec Pierre Vimont et Pascal Brice, vendredi 1er avril, 14h40, maison des étudiants canadiens.

– « Les voix inaudibles de la crise migratoire : discussions et témoignages de résident », avec Kahtan al-Harbat, Layal Twal, Sophie Mazet et Kahina Meziant.

La Bibliothèque Nationale du Liban : un travail « de fourmi » en vue d’une renaissance.

photoBNL2
©Moho, 2013

Samedi 8 juin 2013, dans le cadre de la journée internationale des archives au Liban (voir le programme ici), la bibliothèque nationale du Liban a ouvert ses portes au public. Organisée par l’observatoire du patrimoine contemporain (Modern Heritage Observatory (MoHO)), à l’initiative du Conseil international des archives (www.ica.org), cette journée a braqué la lumière sur le travail de fourmi qu’effectuent dans l’ombre les bibliothécaires et les restaurateurs de livres de la Bibliothèque Nationale Libanaise. Qui serait capable de dire où sont conservés aujourd’hui les fonds de l’ancienne Grande Bibliothèque de Beyrouth, inaugurée en 1922 et fermée durant la guerre civile en 1979 ? Gageons que peu de Libanais savent qu’après un périple qui les a conduits du palais de l’UNESCO à un entrepôt de Sin-el-Fil -entres autres-, ils occupent depuis 2002 deux étages d’un des bâtiments des douanes de la zone franche du port, quasiment en face de la gare routière Charles Helou. Certes cette installation n’est que provisoire : en 2015, la  nouvelle Bibliothèque Nationale Libanaise devrait à nouveau accueillir du public dans un tout bâtiment tout neuf, construit en face du jardin de Sanayeh. En attendant, c’est donc dans la zone franche du port que l’on déballe, dépoussière, répare parfois, trie, catalogue, numérise les documents de l’ancienne bibliothèque de  Beyrouth qui ont survécu à la guerre civile.

photoBNL1
©Moho, 2013

Trésors

Ce 8 juin 2013, la future Bibliothèque Nationale exposait quelques trésors tout en offrant un aperçu de ses collections. Une première salle était consacrée à la presse, passion du fondateur de la grande bibliothèque de Beyrouth, Philippe de Tarrazi (1865-1956), qui collectionna les premiers numéros de très nombreux journaux (en langue arabe, turque, assyrienne, hébraïque, arménienne, perse, tatare, kurde, indienne, ourdoue, entre autres) et de non moins nombreux ouvrages, dont certains de grande valeur. Auteur d’une volumineuse histoire de la presse arabe publiée à partir de 1913 et qui fait toujours référence aujourd’hui, il fit don de sa collection privée à l’institution qui fut inaugurée au tout début du Mandat français et dont il fut le secrétaire général jusqu’en 1939.  Les titres présentés par la Bibliothèque Nationale du Liban en ce mois de juin rendaient compte des centres d’intérêts de Philippe de Tarrazi mais ils illustraient aussi la vitalité de la presse dans les provinces arabes à la fin de la période ottomane puis sous le Mandat français. Outre des journaux aux préoccupations politiques, on trouvait aussi des revues écrites par des femmes et destinées aux femmes et de la presse enfantine (surtout à partir des années 1940-1950). Parmi les ouvrages, exposés dans une autre salle, figuraient des trésors de la Bibliothèque, dont un exemplaire très ancien de la Description d’Égypte, corrigé à la main avant nouvelle impression, ou encore des livres religieux (Bibles, Corans). D’autres volumes, aux ambitions plus prosaïques, éclairaient l’histoire de cet espace dont une partie est devenue le Liban en 1920 : un manuel pour apprendre à parler le turc ottoman rappelait qu’il appartenait à ce vaste empire, de nombreux traités d’agriculture sur l’art de cultiver telle ou telle plante (dont la soie), évoquaient les ambitions réformatrices du gouvernement ottoman et les transformations du monde rural du second XIXe siècle, tandis que des cartes de la production agricole réalisées pendant la période mandataire témoignaient de la passion cartographique des puissances coloniales. Au fond de la salle, deux tables présentaient des livres en format poche aux couvertures vivement colorées et illustrées de femmes aguichantes, parus pour la plupart dans les années 1940 et 1950. Histoires d’amour compliquées, romans à l’eau de rose éclairaient une autre facette de l’objet livre, moins austère et plus léger : la lecture comme mode de loisir autant qu’instrument de connaissances.

©Moho, 2013
©Moho, 2013

Les cartons de l’ancienne grande bibliothèque renferment aussi des archives dont seule une petite partie a été ressortie des ténèbres où la guerre civile les a plongés : cartes d’anciens lecteurs, hommes et femmes de tous âges et originaires des différentes régions du Liban, inventaires divers et autres registres levaient le voile sur la Bibliothèque comme lieu vivant de culture, gardien d’un patrimoine, à l’affût de nouvelles acquisitions et fréquenté par des lecteurs.

Passion de l’histoire et du patrimoine

Dans le Liban d’aujourd’hui, paralysé par une profonde crise politique (absence de gouvernement, parlement en fin de mandat), secoué par la crise syrienne (afflux de réfugiés, implication de nombreux Libanais dans la guerre en Syrie, tantôt pour – le Hezbollah – tantôt contre – une partie des sunnites –  le régime de Bachar Al-Assad), en proie aux difficultés économiques, cette exposition offrait comme une bouffée d’espoir. Animée par le personnel de la future Bibliothèque Nationale Libanaise, elle laissait transparaître la passion de ceux qui œuvrent à protéger et faire revivre un élément fondamental du patrimoine libanais et au-delà arabe. Des femmes surtout (les hommes semblent plus nombreux pour effectuer les opérations de restauration), jeunes pour la plupart, parlant l’anglais et/ou le français, soucieux de rendre compte de leur travail et de partager leur passion des livres, tous renvoyaient une image de la société libanaise bien différente de celle à laquelle la plupart des médias nous ont habitués. Non pas clivée mais liée par un même enthousiasme pour les livres et le patrimoine qu’ils représentent. Une sorte de miracle dans un pays que d’ordinaire l’histoire divise plutôt qu’elle unit.

PS : Un grand merci au personnel de la bibliothèque pour la visite de cette exposition et son aide. Un autre compte-rendu de cette manifestation paru dans Al-Safir est disponible ici (en arabe).

 

Séparation, morcellement, étranglement… dire l’occupation israélienne en Cisjordanie

Trois ouvrages forts différents parus ces derniers mois1  invitent à réfléchir sur la « Palestine » et Israël : un « essai », comme l’auteur le définit lui-même destiné au grand public, un recueil d’articles scientifiques fruits d’un programme de recherche international qui fait entrer le lecteur dans les problématiques actuelles de la recherche sur ce sujet, et un court livre mêlant « entretiens, chroniques intimistes et réflexions» de deux chercheures spécialistes des territoires palestiniens occupés. De quoi la Palestine est-elle le nom ? Demande le premier, d’une occupation aux formes et donc aux acceptions multiples répondent les deux autres.

Publié en 2011 par Cédric Parizot et Stéphanie Latte-Abdallah,  À l’ombre du Mur scrute la politique de séparation mise en œuvre par l’Etat israélien dans les Territoires occupés et les recompositions qu’elle entraîne dans les sociétés israéliennes et palestiniennes. Quoique suggère son titre, la construction du « Mur » (« barrière de sécurité » ou « mur de l’apartheid » selon le côté d’où on le regarde), initiée en 2002, ne marque pas le début de cette politique qui commence dans les années 1990 pour se poursuivre jusqu’à aujourd’hui. C’est ce qui ressort des rappels historiques auxquels se livrent plusieurs contributeurs. Ils s’inscrivent ainsi pleinement dans la démarche initiée par les deux éditeurs scientifiques qui invitent, dans leur excellente introduction, à cesser de considérer le régime d’occupation comme un moment transitoire d’un conflit lui-même en passe d’être résolu par la création prochaine de deux États. Partant du constat que la période transitoire qui s’achever en mai 1999 a dépassé depuis longtemps la durée initialement prévue2, C. Parizot et S. Latte-Abdallah invitent leurs lecteurs à se détourner d’un hypothétique futur pour s’intéresser au présent du régime d’occupation et à ses conséquences. Pour le comprendre, ils ont choisi d’étudier les lieux de la séparation (check-points, prisons, « points de passage ») les hommes qui les gardent, les personnes qui les traversent (en particulier les chauffeurs de camion et les touristes) et les objets qui y transitent.

Il faut le dire d’emblée, la complexité de la politique mise en œuvre par l’État israélien dans les territoires occupés condamne les chercheurs à recourir à plusieurs vocables pour dire l’occupation. « Séparation »  (hafrada en hébreu) fait partie des termes les plus usités et il traduit bien ce qu’évoque le mur. Jusqu’à la première Intifada, Israéliens et Palestiniens se côtoient dans les Territoires occupés et en Israël (où les travailleurs palestiniens sont alors très nombreux).  Après les premières vagues d’attentat des années 1990, les Israéliens cessent de se rendre dans les territoires palestiniens occupés et les Palestiniens « bouclés » en Cisjordanie ou à Gaza se voient régulièrement interdire l’accès à Israël dans ses frontières de 19673 et les check-points se multiplient entre les deux espaces. La seconde Intifada ne fait qu’accentuer la séparation, que manifeste la construction du mur, décidée unilatéralement par Israël en 2002. Désormais les Palestiniens sont le plus souvent clandestins en Israël et les deux populations ne se croisent qu’en des temps et des lieux déterminés (check-points, affrontements, manifestations…).

Mais le mur sépare aussi les territoires palestiniens les uns des autres : il sanctionne de ce fait un morcellement lui même plus ancien puisque résultant des accords d’Oslo eux-mêmes4 et que les manœuvres militaires entreprises pour réprimer la seconde Intifada ont encore renforcé. La construction des routes de contournement (réservées aux Israéliens et notamment aux colons) et celle du mur ont transformé ce morcellement en enclavement pour de nombreux Palestiniens des territoires5. Au plan économique, cette politique confine à l’étranglement : non seulement elle règlemente strictement la circulation des biens, mais elle interdit aux Palestiniens de profiter des avantages de la « petite économie »: elle décourage les investissements dans les Territoires, empêche l’exportation de biens palestiniens en Israël et fait des Territoires un marché captif d’Israël qui pratique des prix souvent plus élevés que ses voisins arabes.

La séparation ne renvoie qu’une image partielle de la réalité des relations entre les deux populations. Elle ne rend pas compte de l’annexion des territoires (avec la construction du mur, la multiplication des routes de contournement et la croissance des colonies), du contrôle que l’Etat israélien continue d’y exercer, des multiples interventions qu’y effectue l’armée israélienne et de la circulation des biens. Palestiniens et Israéliens n’ont jamais vécu aussi séparés par des obstacles physiques et des dispositifs légaux et pourtant les colons n’ont jamais été aussi nombreux en Cisjordanie : un peu plus de 300 000 aujourd’hui auxquels on peut ajouter les 200 000 colons vivant à Jérusalem-Est6, tandis que 5500 prisonniers palestiniens sont détenus en Israël7. Captive du marché israélien, l’économie palestinienne en est complètement dépendante et connaît de nombreux trafics (produits périmés ou défectueux écoulés dans les territoires, voitures volées démontées puis revendues en pièces détachées).

La politique israélienne de séparation ne divise pas deux grands ensembles selon une ligne de démarcation facilement identifiable qui dessinerait une véritable frontière (comme le laisse croire l’image du mur), elle fragmente et  isole de multiples espaces (colonies, zones  A, zones B, zones C) dont les statuts diffèrent et dont les populations (Palestiniens, Israéliens, Arabes israéliens) ne jouissent pas des mêmes droits. Le flou juridique (situation de guerre ou non8, véritables frontières ou points de passage) élargit les interprétations possibles des règles légales et justifie (voire autorise) leur violation répétée. Il fait d’Israël un État sans frontières internationalement reconnues. Pour les Palestiniens, l’occupation dessine un cadre où règne l’arbitraire et ses corollaires : imprévisibilité et insécurité. Depuis le milieu des années 2000, elle obéit de plus en plus à une logique néo-libérale comme en témoigne la privatisation de certains check-points. Après avoir réoccupé un grand pan de la Cisjordanie pour réprimer la seconde Intifada, l’armée israélienne a de nouveau cédé la gestion d’une partie des territoires à l’Autorité palestinienne à la fin des années 2000. L’Autorité palestinienne, dont les marges de manœuvre restent très étroites, devient ainsi « l’intermédiaire visible d’une occupation gestionnaire, diffuse, suspendue, indistincte et sans visage »(p. 101) : elle apparaît dès lors comme l’auxiliaire d’une politique qu’elle combat, entraînant dans son sillage les multiples organisations internationales qui la soutiennent politiquement et financièrement. Plusieurs articles viennent cependant brouiller cette image d’un Etat israélien maîtrisant parfaitement l’espace et exerçant une emprise sans limite sur les populations et les biens. Ils pointent les contournements ou les arrangements qui permettent d’échapper aux différents contrôles, comme ceux mis en œuvre par ces entrepreneurs israéliens qui fournissent des documents certifiant que des marchandises palestiniennes viennent des colonies ce qui dispense les camions les transportant de longs transbordements et de tatillonnes inspections.

Les entretiens avec un chauffeur de camion et un gérant de taxis publiés par B. Bontemps et A. Signoles offrent un éclairage complémentaire sur ce qu’implique concrètement  l’occupation dans la vie quotidienne des Palestiniens de Cisjordanie. On y retrouve sans surprise les difficultés de circulation dans un espace dont les règles changent de façon subite et imprévisible. Plus neufs, les témoignages désabusés d’un ingénieur et d’un conseiller municipal respectivement à Bethléem et à Ramallah devant les limites que l’administration israélienne ne cesse d’imposer à leur action et donc à un développement contrôlé et planifié par l’Autorité palestinienne des viles « autonomes » : Ils viennent corroborer l’idée, avancée par les auteurs d’A l’ombre du mur, selon laquelle l’Autorité palestinienne est moins un embryon d’État en formation qu’un rouage de l’occupation israélienne dont une partie du coût est désormais supporté par les Palestiniens eux-mêmes et leurs bailleurs de fonds. Comme les auteurs d’ d’A l’ombre du mur, mais sur un ton plus personnel, V. Bontemps et A. Signoles évoquent aussi les « embuches pratiques, scientifiques, méthodologiques, ou tout simplement affectives » qui se dressent devant les chercheurs sur les Territoires palestiniens. Tissant journal de recherche, entretiens réalisés dans le cadre de leurs enquêtes et observations de terrain, Vivre sous occupation dévoile en quelque sorte les coulisses de recherches dont A l’ombre du mur offre un remarquable exemple.

A. Gresh adopte une focale plus large pour inscrire la Palestine dans une histoire globale qui la fait apparaître comme « le dernier vestige du rêve colonial » (p. 138). Pourquoi la colonisation n’est elle pas ruine en Palestine alors que partout dans le monde les populations colonisées ont accédé à l’indépendance ? A ses yeux, cela tient d’une part aux spécificités du sionisme, perçu ici comme une entreprise coloniale : l’État d’Israël constitue aujourd’hui « la seule démocratie qui « opère une distinction entre citoyenneté et nationalité » puisque seuls les Juifs (du monde) forment la nation, et jouissent de tous les droits que cette appartenance confère (ce qui n’est pas le cas des Arabes israéliens qui ne sont que citoyens). Mais les principales raisons sont à chercher dans le soutien dont bénéficie l’État d’Israël dans les opinions publiques occidentales  qui ne s’émeuvent ni des violations permanentes du droit international par Israël ni de la logique « deux poids, deux mesures » qui prévaut le plus souvent. Pour A. Gresh, le philosémitisme de certains milieux chrétiens, la fascination pour le juif nouveau régénéré par la vie en Terre Promise et « européen », le racisme anti-arabe, et à partir des années 1960, la réévaluation et la relecture du génocide juif (quand s’impose le terme  « Shoah ») font d’Israël un avant poste européen au cœur du Proche-Orient dont les Occidentaux se sentent d’autant plus solidaires qu’ils voient le monde clivés en civilisations antagonistes ou à tout le moins rivales. Aujourd’hui, A. Gresh observe un basculement du monde qui fait émerger de nouvelles puissances moins liées à Israël, dont on perçoit bien qu’il espère, à terme, un rééquilibrage des rapports de force en faveur des Palestiniens. Dans la perspective globale qui est la sienne, il ne s’intéresse aucunement à ce qui se passe dans les territoires occupés. A l’ombre du mur suggère cependant que les nouvelles modalités de l’occupation, désormais aseptisée, que symbolisent les checkp-points organisés comme des terminaux d’aéroport9 et tenus par des sociétés privées, en réduisent la violence apparente et contribuent à la rendre plus acceptable. Pour C. Parizot et S. Latte-Abdallah, cette occupation, qui ne dit pas toujours son nom, multiforme et diffuse, oblige à reconsidérer la perspective de la création d’un État palestinien viable aux côtés d’Israël sur laquelle continue pourtant de se fonder les acteurs internationaux.

Colonisation et séparation : les deux termes les plus fréquemment employés pour désigner la politique israélienne dans les Territoires occupés palestiniens ne rendent qu’imparfaitement compte de la réalité. Le premier renvoie à un dispositif militaire uniforme et clairement défini. Il passe sous silence le rôle joué par les civils (telles les sociétés privées qui gèrent désormais une partie des check point), comme celui endossé par l’Autorité palestinienne et les organisations internationales. Il ne dit rien de la fragmentation de l’espace ni de la diversité et de l’arbitraire des règles qui s’y appliquent. Le second induit l’idée de deux espaces clairement séparés, or les lignes de démarcation sont mouvantes et multiples : il ne s’agit pas de frontières qui séparent des territoires, mais de règles elles-mêmes variables et arbitraires qui distinguent des personnes (Palestiniens et Israéliens, Palestiniens VIP10, Arabes israéliens) qui partagent le même espace. Cette différenciation non pas spatiale mais humaine (ou sociale), n’est-elle pas le propre de l’ordre colonial ? C’est  ce que suggèrent ces trois ouvrages ( l’article de V. Bontemps cité plus haut qui évoque un « ordre temporel colonial »). Plus que la colonisation qui désigne l’appropriation de terres nouvelles (par l’implantation de colonies), l’ordre colonial fait référence à la politique menée envers les populations et notamment les « indigènes » et paraît mieux à même de décrire la politique israélienne non pas dans les Territoires occupés mais vis-à-vis des populations qui y vivent. De quoi susciter de stimulantes comparaisons, dans l’espace comme dans le temps.

 

  1. Alain Gresh, De quoi la Palestine est-elle le nom ? Paris, Les liens qui libèrent, 2010 ; Audes Signoles, Véronique Bontemps, Vivre sous l’occupation, Paris, Gingko, 2011 ; Stéphanie Latte-Abdallah,  Cédric Parizot, À l’ombre du Mur, Arles, Actes Sud/MMSH, 2011 []
  2. la période d’autonomie commence officiellement le 4 mai 1994 pour une durée de 5 ans []
  3. en 1972, les Palestiniens bénéficient d’une permission générale de se rendre dans les Territoires occupés, qui est supprimée en 1990 mais la mise en œuvre de cette décision n’intervient qu’en 1993 []
  4. les accords d’Oslo ont divisé les territoires palestiniens en 3, les zones A (les principales villes) soumises à l’autorité palestinienne, les zones B (les villages) dont la sécurité et la police restent sous contrôle israéliens et les zones C sous entière domination israélienne []
  5. En 2009, 26 000 Palestiniens vivent encerclés par le mur, 120 000 Palestiniens vivent encerclés sur trois côtés []
  6. V. Bontemps, A. Signoles, Vivre sous occupation, Quotidiens palestiniens, Paris, Gingko éditeur,125 pages, p. 16 []
  7. en février 2011, chiffre de B’Tselem, p. 75. Les centres de détention étaient auparavant situés dans les Territoires occupés []
  8. La situation des prisonniers palestiniens en détention administrative qui permet d’emprisonner des Palestiniens pour 6 mois renouvelables sans inculpation ni jugement,  illustre ce double jeu. L’état de guerre sert notamment à justifier la détention administrative mais le statut de « prisonniers  de guerre » ne leur est pas reconnu []
  9. avec climatisation, eau potable et où les face-à-face entre Palestiniens et Israéliens sont réduits []
  10. qui bénéficient d’une carte qui leur permet de traverser les lignes très rapidement []

L’image manquante du cinéma libanais

Ce billet, rédigé avec Eric Verdeil, est aussi publié sur Rumor.

Vendredi 23 novembre, dans le cadre du mois du film documentaire, la bibliothèque de la Part-Dieu et l’association Cine(m)assalia proposaient une soirée intitulée L’image manquante, parcours autour du cinéma libanais à travers la projection de trois courts métrages, Trains-trains, Wayn essekeh ? de Rania Stephan (1999, 33 mn), Le Trou/In this house (extraits) de Akram Zaatari (2005, 30 mn), et (Posthume) de Ghassan Salhab (2007, 28 mn). Voilà comment les organisateurs présentaient la soirée :

Il y sera question de l’après-guerre au Liban, de la mémoire, de l’histoire et de la dislocation du récit, de la prolifération des images médiatiques qui accompagne l’épreuve de la guerre et des limites incertaines entre la fiction et la vérité documentaire, laissant place à une recomposition narrative, mixant les images et les sons, poétique, instable, fragile, mais néanmoins vitale.

Le titre de cette séance renvoie, ont expliqué les organisateurs, à “l’absence de père” dans le cinéma libanais au sens de généalogie où les réalisateurs contemporains puissent s’inscrire. En tout cas est-ce le sentiment qu’expriment chacun séparément Akram Zaatari et Ghassan Salhab dans les entretiens avec l’association Massalia livrés en complément de la séance et accessibles sur son site. L’image manquante, c’est aussi celle du train ou des voies que l’on suit en pointillé dans le premier film, celle des protagonistes cachés de l’histoire du trou dans le second, celle enfin des destructions de la guerre de 2006 impossibles à montrer car situées dans les « restricted areas » de la banlieue sud dominée par le Hezbollah. Ce manque suscite chez ces cinéastes libanais des désirs de redécouverte d’un espace longtemps morcelé et en partie inaccessible en raison de la guerre civile puis des occupations israélienne (jusqu’en 2000) et syrienne (jusqu’en 2005).  Mais faire voir ce manque, alors que fait défaut un récit partagé des événements et que les Libanais divergent sur ce que doit être l’avenir de leur pays, renvoie à une forme d’impuissance, qui suscite de la part de ces cinéastes un travail complexe sur les images.

L’image, le territoire, l’histoire

En suivant la voie ferrée Beyrouth-Alep via Rayaq, construite par une entreprise française dans le cadre d’une concession ottomane à la fin du XIXe siècle et abandonnée pendant la guerre civile, Rania Stephan part à la redécouverte du territoire libanais et de son histoire. Au fil du rail, elle fait halte dans les villages qui ponctuaient la ligne, dont les habitants, riverains ou anciens conducteurs, évoquent leurs souvenirs du train, souvent empreints de nostalgie. Cet itinéraire est aussi l’occasion d’un voyage dans le temps à la recherche du mandat français et de l’époque ottomane finissante. Du train, on ne verra que quelques vieux wagons qui regardent le temps passer dans un terrain vague de Beyrouth.

Le Trou évoque une histoire plus récente : la guerre civile, l’occupation israélienne (1978-2000) et le retour des déplacés à travers une lettre cachée par un combattant dans le terrain qu’il occupait pour défendre sa position contre les Israéliens. Ce “résistant” musulman appartient à une organisation de gauche qui se fait fort d’avoir combattu Israël pendant la guerre civile à Ayn al-Mîr (Liban Sud) et non d’autres factions libanaises : quand il a quitté la maison que son groupe occupait, il a enfoui dans le sol une lettre destinée à ses propriétaires pour justifier sa présence et leur faire part de ses efforts pour préserver leurs biens. L’image manquante, c’est celle d’une partie des protagonistes (la famille des réfugiés revenus chez eux, les policiers ou les militaires qui supervisent la fouille) qui refusent d’être filmés alors que l’ancien combattant résistant donne une interview en bonne et due forme. On devine que dans cette région longtemps sous le feu d’Israël, les propriétaires, chrétiens, ne sont revenus qu’à la fin des années 1990 ou au début des années 2000, quelques temps avant le tournage du film (en 2002). Tout en montrant (et en filmant) un ouvrier qui creuse “le trou”, Akram Zaatari met en image la complexité des relations intercommunautaires et une figure originale et positive du combattant résistant à Israël sans appartenir au Hezbollah.

Point de personnages ni de récits dans (Posthume) (2007) de Ghassan Salhab, le plus hermétique ou le plus poétique des trois films (les avis étaient partagés dans la salle) : la caméra filme les autoroutes urbaines de la banlieue sud pour buter sans cesse sur les “restricted areas” qui empêchent de prendre la mesure des destructions résultant des bombardements israéliens de l’été 2006. De cette guerre, on ne voit que des amas de décombres, déblayés par le va et vient lancinant d’une pelleteuse puis amoncelés dans le long de la mer au sud de Beyrouth/Khaldé. Des gravats dans une banlieue sud étonnamment vide (telle une ville morte), voilà ce qui reste de la “victoire divine” du Hezbollah dont l’hégémonie politique est désormais contestée par une large partie de la population.

Impuissance et complexité des images

Présentés dans le cadre du mois du film documentaire, les trois courts-métrages libanais ont laissé une partie de l’assistance perplexe tant ils s’éloignent du genre documentaire pour se présenter comme des objets artistiques à part entière. Au plan formel, les trois films superposent, juxtaposent, entrelacent des images, tout en combinant de manière diverse images animées et images fixes.

Dans Trains-trains, ces images sont le plus souvent tirées de l’histoire du cinéma américain (Le train sifflera trois fois, 1952) ou libano-égyptien (Saferbalik, 1966, de l’égyptien Henry Barakat, mais écrit par les frères Rahbani et avec Fairuz dans le rôle principal). Le trou juxtapose sur la pellicule deux images en parallèle : celle de la fouille, où seules sont montrées les parties inférieures des corps des protagonistes qui refusent souvent d’être filmés, et l’autre, image fixe, parfois absente, représentant différents documents d’archives jouant un rôle dans l’histoire, alternant avec l’interview du combattant devenu journaliste. Dans (Posthume) l’image ne s’anime que lorsqu’il s’agit de capture d’écrans de journaux télévisés ou lors de quelques rares plans tournés dans la banlieue sud, mais n’en dévoilant que des fragments prétextes et des rues vides pour l’essentiel. Des personnages, filmés en plan fixe devant la mer bleue, semblent regarder le téléspectateur qui se perd dans leurs  yeux fatigués. Et une pelleteuse revient, déblayant sans relâche les décombres d’un immeuble détruit par les bombes israéliennes – décombres qu’on retrouvera déversées dans la mer où elles forment l’un de ces remblais sauvages qui défigurent la côte libanaise.

Aucun souci didactique dans ces trois films, même si le connaisseur du Liban reconnaîtra avec plaisir le train-train de nombreux Libanais (de tous milieux et de toutes régions) dans le premier, observera avec attention la rencontre virtuelle (via la lettre déterrée) entre les ex-réfugiés d’une région et un des combattants qui l’occupait, et se perdra dans une banlieue sud improbable sur les pas de Ghassan Salhab. Courts métrages de recherche où le formalisme et la virtuosité technique du montage des images semblent avoir pour finalité de ne surtout pas chercher à expliquer le Liban mais d’instiller plutôt un sentiment de perplexité et de confusion qui va crescendo au fil des projections. Sans doute cette sélection est-elle représentative non seulement d’une partie du cinéma libanais mais plus largement aussi de celle de la production artistique contemporaine dans ce pays : protéiforme, ingénieuse, extrêmement branchée sur les circuits internationaux, ironique, provocante… et un brin désespérante, à l’image du pays. Pour autant, elle ne la résume pas complètement et l’on pourrait espérer, dans une prochaine session, voir des œuvres plus “documentaires” justement, il y en a aussi, qui donnent la parole aux habitants, font voir le pays et ses transformations sans que leurs auteurs ne se sentent obligés à mettre en scène à travers les images leur pathos.

Certains de ces films et d’autres sur le Liban seront prochainement montrés à Marseille dans le cadre de Marseille Provence 2013. Capitale européenne de la culture.

Akram Zaatari expose ses recherches plastiques, iconographiques et filmiques sous le titre Aujourd’hui à 10 ans à Grenoble au Magasin-CNAC (jusqu’au 6 janvier 2013).

La démocratie grecque et l’Europe au coeur de la tempête

Lundi 18 juin 2012, à 18 heures, Tassos Anastassiadis (Université Mc Gill / Canada) donnera une conférence intitulée « La démocratie grecque et l’Europe au cœur de la tempête ».

Organisée avec le concours de l’Ecole française d’Athènes, elle se tiendra à l’INALCO, 65 rue des Grands Moulins, 75013 Paris (en salle 4.24).

L’entrée est libre.

Tassos Anastassiadis a accordé cet hiver deux entretiens à La vie des Idées que vous trouverez ici.

Economie des territoires occupés, Syrie, semaine arabe, historiographies turques…

Quelques propositions pour ce mois d’avril 2012 :

  • Un Etat Palestinien est-il viable économiquement? Que représentent les coûts d’une politique de colonisation et d’occupation pour les populations gouvernées? Quelle dépendance entre Israël et les Territoires Palestiniens, notamment au niveau économique?
    Avec Ibrahim Shikaki, Professeur d’économie à l’Université Al Quds, dans les Territoires Palestiniens, et consultant en Droit Humanitaire International pour une ONG, et Itay Epshtain, Co directeur de l’ICADH (Israeli Committee Against House Demolition), Ex directeur d’Amnesty International. Quand ? Mercredi 4 avril à 19h15 à l’IEP de Paris, 27 rue St Guillaume, Salle Eugène d’Eichthal, 3e étage. La conférence se déroulera en Anglais.
  • Où va la Syrie ? Jeudi 5 avril à partir de 18h au siège de MdM, 62 rue Marcadet 75 018 ParisProgramme ici.
  • L’historiographie ottomane et l’Europe XVIe – XIXè s. par Faruk Bilici( INALCO) le jeudi 12 avril 2012 de 17h30 à 19h00 au musée du quai Branly.
  • La Semaine arabe de l’ENS, édition 2012 : Les printemps arabes. Thématique cinéma : Les cinéastes tunisiens, annonciateurs et acteurs de la révolution.

 

Acteurs révolutionnaires, acteurs post-révolutionnaires dans la Méditerranée arabe

Les Amis du Monde diplomatique de Paris vous invitent à une conférence débat

Acteurs révolutionnaires, acteurs post-révolutionnaires dans la Méditerranée arabe

Tunisie, Egypte, Syrie… un an après le déclenchement des révolutions arabes

  • ·Pénélope Larzilliere, chargée de recherche à l’Institut de Recherche pour le Développement (IRD)

« Ancien ou nouveau militantisme ? La gauche et les révolutions arabes »

  • Sarah Ben Nefissa, politologue, chercheuse à l’Institut de recherche pour le développement (IRD)

« Temps révolutionnaire, temps électoral et idiome islamiste en Egypte »

  • Elizabeth Picard, directrice de recherche émérite au Centre national de la recherche scientifique (CNRS)

« Syrie – Les armes de la contre-révolution »

 

Le mardi 20 mars 2012, à 20 heures à l’Ecole normale supérieure, amphi Rataud

45 rue d’Ulm, 75005 Paris

 

Entrée libre et gratuite

Les AMD Paris | amis.diplo.75@gmail.com

Les ondes de choc des révolutions arabes (3-4 février 2012)

Organisé par trois enseignants-chercheurs du département « Etudes arabes », M’hamed Oualdi (MCF, histoire du Maghreb), Delphine Pagès-El Karoui (MCF, géographie) et Chantal Verdeil (MCF, histoire du Moyen-Orient contemporain), ce colloque se propose de revenir sur les soulèvements qui ont embrasé le monde arabe depuis un an afin d’établir un premier bilan, forcément provisoire, des processus de transition démocratique en cours et de réfléchir à leurs effets régionaux en Afrique, en Asie et en Europe.

Le colloque se tiendra les 3 et 4 février prochains dans les nouveaux locaux de l’INALCO, 65 rue des Grands moulins, 75013 Paris.

L’entrée est libre et gratuite. Les renseignements pratiques et le programme sont disponibles en suivant ce lien.

 

« Dégage ! On tourne ! »

C’est sous ce titre que l’ Institut d’études de l’islam et des sociétés du monde musulman et la Direction de l’audiovisuel de l’EHESS en partenariat avec l’HiCSA de l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne organisent une table ronde internationale le 27 octobre prochain autour du cinéma et des révolutions arabes.

degage