Circulations et migrations : quelles régulations dans un monde globalisé ?

Du 31 mars au 2 avril 2016, s’est tenue à la Cité internationale universitaire de Paris (CIUP) la seconde édition de l’Université de la Paix sur le thème « paix et migration, penser le monde autrement ». Voici un compte-rendu subjectif de trois jours de tables-rondes, conférences, débats et projections.

Dans notre monde, l’argent circule librement, (trop librement aux yeux de certains), les organisations internationales encouragent le va et vient des biens et des services, mais de très nombreux obstacles s’opposent à la circulation des personnes. C’est par ce constat qu’Antonio Guterres, ancien haut-commissaire aux réfugiés pour l’ONU a ouvert sa conférence à l’université de la Paix organisé par la CIUP du 31 mars au 2 avril. Partant du constat de l’augmentation des flux migratoires (elle-même liée à la multiplication et à la durée des conflits) et des besoins des pays européens dont la population vieillit et répugne à occuper certains emplois, A. Guterres a plaidé pour une meilleure organisation et un plus grand contrôle de ces flux, régulation qui serait en outre un moyen de réduire les profits des passeurs. Rappelant que la plupart des réfugiés sont accueillis dans des pays en développement, il a déploré que l’attitude de l’Europe soit si frileuse et si contraire à sa tradition d’asile. Un peu plus d’un million de réfugiés ont frappé à la porte de l’Europe ces derniers mois. Rapporté à sa population, cela représente une personne pour 2000 habitants : si important soit-il, ce flux n’était pas et n’est pas ingérable pour les pays développés, à condition qu’ils acceptent d’investir dans le renforcement de leur cohésion sociale, de soutenir les pays du premier accueil (comme la Grèce), et de réguler les mouvements migratoires. L’approche choisie par A. Guterres (liberté de circulation de l’argent, des biens et des services vs entraves à celle des personnes) suggérait bien la voie à suivre selon lui (mais aussi selon bien des travaux académiques sur la question) : favoriser une plus grande liberté de déplacement à l’échelle du globe. De ce point de vue, insister sur une nécessaire régulation visait tout autant à tracer les lignes d’une possible mise en œuvre de cette politique qu’à la rendre acceptable par des classes politiques et des opinions européennes plus que réticentes.

A. Guterres a aussi plaidé pour une approche plus collective de la « crise des réfugiés » actuelle, sans insister sur le fait qu’il s’agirait là d’une rupture avec le droit des réfugiés tel qu’il s’est défini depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale. La convention de 1951 définit le droit des réfugiés comme un droit individuel. Désormais la charge de la preuve incombe aux réfugiés, alors que l’apatride russe exilé des années 1920 n’avait pas besoin de prouver que sa crainte de la persécution était fondée. Lors de la table ronde « Le phénomène migratoire : histoire et nouvelle donne », le philosophe Javier de Lucas Martin faisait remarquer que l’accord signé récemment entre la Turquie et l’Union européenne allait en quelque sorte au bout de cette logique d’individualisation. Les réfugiés ne sont même plus des personnes avec une histoire singulière, mais des individus interchangeables, puisque l’un peut être renvoyé en Turquie, pour un autre reçu en Europe.

Ainsi que l’a rappelé Dzovinar Kevonian lors de cette même table ronde, le droit d’asile s’est pourtant constitué à l’origine comme un droit collectif dans les années de la fin du XIXe-XXe, pendant et après la Première guerre mondiale. Ce droit est contemporain de la consolidation des États modernes, de la mise en place des papiers d’identité et de voyage, de mouvements de population massifs (des juifs de Russie et d’Europe centrale, des Russes « blancs », puis des Républicains espagnols). Dans les années 1920, qui sont aussi celles de la construction de la Cité internationale Universitaire de Paris, on estime qu’il y a environ 10 millions de réfugiés en Europe. Ce sont avant tout des Européens qui obtiennent l’asile à titre collectif. Durant le second XXe siècle et en dépit des orientations prises en 1951, l’approche collective n’a pas été complètement abandonnée : elle a bénéficié aux boat-people fuyant la guerre du Vietnam ou aux Chiliens chassés par la dictature de Pinochet. À la fin de sa conférence, A. Gueterres a suggéré qu’il y avait là une voie à suivre pour aborder la « crise » syrienne.

Le lendemain, Pierre Vimont et Pascal Brice, tous deux diplomates, l’un ancien numéro deux du service diplomatique européen (et le « Claude Maupas » de la B.D. Quai d’Orsay), l’autre directeur de l’OFPRA (Office français de Protection des Réfugiés et des Apatrides), ont apporté un autre éclairage sur cette crise. Le premier a en a décrit les manifestations au niveau européen : l’absence de concertation (on ferme les frontières sans avertir les partenaires), le délitement de la solidarité (la ligne « Orban » du chacun pour soi et de la fermeture s’imposant finalement) et les hésitations politiques (de la « relocation » à la fermeture des frontières et au fameux accord avec les Turcs). Pour y remédier, il faudrait recréer un « esprit européen », et renouer avec une solidarité qui pourrait passer par des voies financières. Sans vouloir se montrer trop pessimiste, Pierre Vimont a laissé cependant paraître son inquiétude comparant implicitement la crise des réfugiés de 2015-2016 à la crise financière de 2008, un événement ébranlant les fondements mêmes de l’Europe. Pascal Brice s’est félicité de la récente réforme de l’OFPRA qui a permis à la France d’accueillir 80 000 demandeurs d’asile en 2015 (contre un million en Allemagne). À ses yeux, la politique de l’asile devrait « grandir », car aucune limite n’est, en droit, fixée à l’OFPRA dont la raison d’être et l’action reposent sur la distinction nette entre le droit d’asile et la politique migratoire.

C’est cette même distinction qui a été au cœur du débat organisés par des résidents autour « des voix inaudibles de la crise syrienne ». Inaudibles parce que le traitement qu’en proposent les médias est souvent réducteur ou tendancieux (comme l’a montré Sophie Mazet), et que les principaux concernés, les réfugiés eux-mêmes, ont rarement droit à la parole. Lui-même réfugié et accueilli à la Cité depuis l’automne 2015, Kahtan al-Harbat a affirmé : « je fais partie de la crise ». Il a ensuite raconté qu’en 2010, il avait envisagé de poursuivre ses études en Europe. Quelques années plus tard, la guerre civile en Syrie a fait de lui un réfugié, parti dans la précipitation, arrivé en Europe au terme d’un voyage périlleux, incertain quant à son éventuel retour dans son pays. Sur sa route, il a rencontré des Afghans en quête d’une vie meilleure et il s’interroge sur ce qui le sépare d’eux. S’il a lui-même fui un régime qui le persécutait, on sentait à l’écouter que la migration de ses compagnons d’infortune ne lui paraissait pas illégitime et lors de la discussion largement ouverte à la salle par Kahina Méziant, la séparation entre migrants et réfugiés, entre départ volontaire et exil forcé, est apparue moins nette. De retour d’un travail de terrain dans les camps de réfugiés au Nord du Liban, Layal Twal a témoigné de l’engagement de nombreuses ONG et de bien des Libanais en faveur du million (voire plus) de Syriens installés au pays du cèdre, où il représente entre ¼ et ⅓ de la population.

Au fil des rencontres et des débats, la crise « syrienne » est apparue comme la manifestation d’un phénomène bien plus massif, récurrent dans l’histoire et appelé à s’amplifier. D’où l’urgence à continuer à le penser et à en débattre.

Pour consulter le programme dans son ensemble, voir ici.

Les conférences et tables-rondes dont il est question dans ce billet sont les suivantes :

– « Le phénomène migratoire: histoire et nouvelle donne » avec Dzovinar Kevonian et Javier de Lucas Martin, jeudi 31 mars, 14h30, maison de la Tunisie

– « Les populations en mouvement au XXIe siècle », avec A. Guterres, jeudi 31 mars, 20h, maison Heinrich Heine.

– « Gestion des flux migratoires, politique migratoire » avec Pierre Vimont et Pascal Brice, vendredi 1er avril, 14h40, maison des étudiants canadiens.

– « Les voix inaudibles de la crise migratoire : discussions et témoignages de résident », avec Kahtan al-Harbat, Layal Twal, Sophie Mazet et Kahina Meziant.

L’image manquante du cinéma libanais

Ce billet, rédigé avec Eric Verdeil, est aussi publié sur Rumor.

Vendredi 23 novembre, dans le cadre du mois du film documentaire, la bibliothèque de la Part-Dieu et l’association Cine(m)assalia proposaient une soirée intitulée L’image manquante, parcours autour du cinéma libanais à travers la projection de trois courts métrages, Trains-trains, Wayn essekeh ? de Rania Stephan (1999, 33 mn), Le Trou/In this house (extraits) de Akram Zaatari (2005, 30 mn), et (Posthume) de Ghassan Salhab (2007, 28 mn). Voilà comment les organisateurs présentaient la soirée :

Il y sera question de l’après-guerre au Liban, de la mémoire, de l’histoire et de la dislocation du récit, de la prolifération des images médiatiques qui accompagne l’épreuve de la guerre et des limites incertaines entre la fiction et la vérité documentaire, laissant place à une recomposition narrative, mixant les images et les sons, poétique, instable, fragile, mais néanmoins vitale.

Le titre de cette séance renvoie, ont expliqué les organisateurs, à “l’absence de père” dans le cinéma libanais au sens de généalogie où les réalisateurs contemporains puissent s’inscrire. En tout cas est-ce le sentiment qu’expriment chacun séparément Akram Zaatari et Ghassan Salhab dans les entretiens avec l’association Massalia livrés en complément de la séance et accessibles sur son site. L’image manquante, c’est aussi celle du train ou des voies que l’on suit en pointillé dans le premier film, celle des protagonistes cachés de l’histoire du trou dans le second, celle enfin des destructions de la guerre de 2006 impossibles à montrer car situées dans les « restricted areas » de la banlieue sud dominée par le Hezbollah. Ce manque suscite chez ces cinéastes libanais des désirs de redécouverte d’un espace longtemps morcelé et en partie inaccessible en raison de la guerre civile puis des occupations israélienne (jusqu’en 2000) et syrienne (jusqu’en 2005).  Mais faire voir ce manque, alors que fait défaut un récit partagé des événements et que les Libanais divergent sur ce que doit être l’avenir de leur pays, renvoie à une forme d’impuissance, qui suscite de la part de ces cinéastes un travail complexe sur les images.

L’image, le territoire, l’histoire

En suivant la voie ferrée Beyrouth-Alep via Rayaq, construite par une entreprise française dans le cadre d’une concession ottomane à la fin du XIXe siècle et abandonnée pendant la guerre civile, Rania Stephan part à la redécouverte du territoire libanais et de son histoire. Au fil du rail, elle fait halte dans les villages qui ponctuaient la ligne, dont les habitants, riverains ou anciens conducteurs, évoquent leurs souvenirs du train, souvent empreints de nostalgie. Cet itinéraire est aussi l’occasion d’un voyage dans le temps à la recherche du mandat français et de l’époque ottomane finissante. Du train, on ne verra que quelques vieux wagons qui regardent le temps passer dans un terrain vague de Beyrouth.

Le Trou évoque une histoire plus récente : la guerre civile, l’occupation israélienne (1978-2000) et le retour des déplacés à travers une lettre cachée par un combattant dans le terrain qu’il occupait pour défendre sa position contre les Israéliens. Ce “résistant” musulman appartient à une organisation de gauche qui se fait fort d’avoir combattu Israël pendant la guerre civile à Ayn al-Mîr (Liban Sud) et non d’autres factions libanaises : quand il a quitté la maison que son groupe occupait, il a enfoui dans le sol une lettre destinée à ses propriétaires pour justifier sa présence et leur faire part de ses efforts pour préserver leurs biens. L’image manquante, c’est celle d’une partie des protagonistes (la famille des réfugiés revenus chez eux, les policiers ou les militaires qui supervisent la fouille) qui refusent d’être filmés alors que l’ancien combattant résistant donne une interview en bonne et due forme. On devine que dans cette région longtemps sous le feu d’Israël, les propriétaires, chrétiens, ne sont revenus qu’à la fin des années 1990 ou au début des années 2000, quelques temps avant le tournage du film (en 2002). Tout en montrant (et en filmant) un ouvrier qui creuse “le trou”, Akram Zaatari met en image la complexité des relations intercommunautaires et une figure originale et positive du combattant résistant à Israël sans appartenir au Hezbollah.

Point de personnages ni de récits dans (Posthume) (2007) de Ghassan Salhab, le plus hermétique ou le plus poétique des trois films (les avis étaient partagés dans la salle) : la caméra filme les autoroutes urbaines de la banlieue sud pour buter sans cesse sur les “restricted areas” qui empêchent de prendre la mesure des destructions résultant des bombardements israéliens de l’été 2006. De cette guerre, on ne voit que des amas de décombres, déblayés par le va et vient lancinant d’une pelleteuse puis amoncelés dans le long de la mer au sud de Beyrouth/Khaldé. Des gravats dans une banlieue sud étonnamment vide (telle une ville morte), voilà ce qui reste de la “victoire divine” du Hezbollah dont l’hégémonie politique est désormais contestée par une large partie de la population.

Impuissance et complexité des images

Présentés dans le cadre du mois du film documentaire, les trois courts-métrages libanais ont laissé une partie de l’assistance perplexe tant ils s’éloignent du genre documentaire pour se présenter comme des objets artistiques à part entière. Au plan formel, les trois films superposent, juxtaposent, entrelacent des images, tout en combinant de manière diverse images animées et images fixes.

Dans Trains-trains, ces images sont le plus souvent tirées de l’histoire du cinéma américain (Le train sifflera trois fois, 1952) ou libano-égyptien (Saferbalik, 1966, de l’égyptien Henry Barakat, mais écrit par les frères Rahbani et avec Fairuz dans le rôle principal). Le trou juxtapose sur la pellicule deux images en parallèle : celle de la fouille, où seules sont montrées les parties inférieures des corps des protagonistes qui refusent souvent d’être filmés, et l’autre, image fixe, parfois absente, représentant différents documents d’archives jouant un rôle dans l’histoire, alternant avec l’interview du combattant devenu journaliste. Dans (Posthume) l’image ne s’anime que lorsqu’il s’agit de capture d’écrans de journaux télévisés ou lors de quelques rares plans tournés dans la banlieue sud, mais n’en dévoilant que des fragments prétextes et des rues vides pour l’essentiel. Des personnages, filmés en plan fixe devant la mer bleue, semblent regarder le téléspectateur qui se perd dans leurs  yeux fatigués. Et une pelleteuse revient, déblayant sans relâche les décombres d’un immeuble détruit par les bombes israéliennes – décombres qu’on retrouvera déversées dans la mer où elles forment l’un de ces remblais sauvages qui défigurent la côte libanaise.

Aucun souci didactique dans ces trois films, même si le connaisseur du Liban reconnaîtra avec plaisir le train-train de nombreux Libanais (de tous milieux et de toutes régions) dans le premier, observera avec attention la rencontre virtuelle (via la lettre déterrée) entre les ex-réfugiés d’une région et un des combattants qui l’occupait, et se perdra dans une banlieue sud improbable sur les pas de Ghassan Salhab. Courts métrages de recherche où le formalisme et la virtuosité technique du montage des images semblent avoir pour finalité de ne surtout pas chercher à expliquer le Liban mais d’instiller plutôt un sentiment de perplexité et de confusion qui va crescendo au fil des projections. Sans doute cette sélection est-elle représentative non seulement d’une partie du cinéma libanais mais plus largement aussi de celle de la production artistique contemporaine dans ce pays : protéiforme, ingénieuse, extrêmement branchée sur les circuits internationaux, ironique, provocante… et un brin désespérante, à l’image du pays. Pour autant, elle ne la résume pas complètement et l’on pourrait espérer, dans une prochaine session, voir des œuvres plus “documentaires” justement, il y en a aussi, qui donnent la parole aux habitants, font voir le pays et ses transformations sans que leurs auteurs ne se sentent obligés à mettre en scène à travers les images leur pathos.

Certains de ces films et d’autres sur le Liban seront prochainement montrés à Marseille dans le cadre de Marseille Provence 2013. Capitale européenne de la culture.

Akram Zaatari expose ses recherches plastiques, iconographiques et filmiques sous le titre Aujourd’hui à 10 ans à Grenoble au Magasin-CNAC (jusqu’au 6 janvier 2013).

Des Algériens qui ont manifesté le 17 octobre 1961 témoignent.

Vous pouvez les écouter et les voir dans le documentaire de Yasmina Adi, « Ici on noie les Algériens » en salle depuis le 19 octobre. C’est là, dans la parole de ces anonymes qui ont pris part à la manifestation organisée par le FLN pour protester contre le couvre-feu imposé aux « Français musulmans d’Algérie », que réside le principal intérêt de ce film. Ce dernier mêle avec habileté ces témoignages et des images d’archives pour reconstituer ce mardi 17 octobre 1961 (rassemblement, répression, arrestation et rétention des manifestants dont plusieurs – gravement blessés ou noyés – ont disparu) et les journées qui suivirent.

affiche ici on noie les AlgériensYasmina Adi a choisi de monter ces documents (récits des acteurs, photographies, archives sonores) sans voix off et sans sous-titre. Sur le site du film, elle dit son refus de présenter  « un documentaire historique classique » et sa volonté « que le spectateur vive cette période quasiment en direct ». Les témoignages sont livrés sans aucune explication : le spectateur ne sait pas qui parle (on devine qu’une des femmes, qui cherchait à galvaniser les manifestantes, devait être proche du FLN, mais les autres ?) et aucun élément de contexte ne permet de mettre en perspective la parole des témoins ou les documents sonores. Contrairement à ce qui est écrit ici, ce film ne résume pas l’essentiel de ce qu’il faut retenir de cette journée du 17 octobre, il livre un point de vue, essentiellement celui des victimes, ce qui ne suffit pas à en faire un documentaire historique (pour une critique en règle voir ). Cela ne signifie pas qu’il soit sans intérêt, surtout pour des étudiants inscrits en histoire contemporaine du monde arabe (et que tous ceux qui étudient les dialectes maghrébins devraient aller voir pour entendre parler algérien).

 

L’agenda d’Asmahan (octobre 2011)

Les étudiants du département Etudes arabes de l’INALCO ont créé une association culturelle, Asamhan. Elle se propose, entre autres, de diffuser chaque moi un agenda qui recense les événements culturels concernant le monde arabe. Le voici pour octobre 2011.
Agenda culturel – octobre 2011

17 septembre au 31 octobre 2011 – Gens de Beyrouth, Gens de Paris. Expo (dessin – peinture) de Mazen Kerbaj
Librairie du Théâtre du Rond-Point, 2 bis avenue Franklin D. Roosevelt
10 octobre 2011 – Soirée hommage aux victimes algériennes du 17 octobre 1961 – Cabaret sauvage
13 octobre 2011 – Colloque PALESTINE avec Alain Gresh
Le Comité Justice et Paix en Palestine et au Proche-Orient
A la Maison Fraternelle, 37, rue Tournefort, Paris 5e.
(Entrée libre et gratuite (libre participation aux frais).
15 octobre 2011 – Colloque sur le 17 octobre 1961 à l’Assemblée Nationale
18 octobre 2011 – au Forum des images, films sur le 17 octobre 1961
14h15 |  RDV |  Le Silence du fleuve d’ Agnès Denis et Mehdi Lallaoui
16h00 |  RDV |  17 octobre 1961, dissimulation d’un massacre de Daniel Kupferstein
17h15 |  RDV |  Nuit noire d’Alain Tasma
19h30 |  RDV |  Ici on noie les Algériens, 17 octobre 1961 de Yasmina Adi
22h00 |  RDV |  Octobre à Paris de Jacques Panijel (film censuré pendant 30 ans)
Du 16 septembre au 21 octobre 2011 – J’aurais voulu être égyptien d’Alaa El Aswany
Théâtre Nanterre-Amandiers
21 octobre 2011 – concert avec Mazen Kerbaj et Sharif Sehnaoui à l’Eglise Saint-Merry (4e)
Du 16 au 25 octobre 2011 – Le Maghreb des films. Horaires des films diffusés disponibles ici.

Du 19 au 29 octobre 2011 – Octobre à Paris de Jacques Panijel
Film sur le 17 octobre 1961 interdit pendant 30 ans – Cinéma Les 3 Luxembourg – 67, rue Monsieur Le Prince | 75006 Paris
24 octobre 2011 20H30 – ANOUAR BRAHEM – THÉÂTRE DE LA VILLE

Association Asmahan
Association culturelle des études arabes à l’Inalco

La démographie peut-elle expliquer les révolutions dans le monde arabe ?

C’est une des questions que posait Youssef Courbage, directeur de recherches à l’INED et spécialiste du monde arabe, ce jeudi 6 octobre dans le cadre du Voyage des savoirs cycle de conférences organisées à Lyon par le GREMMO. Pour lui, il n’y a pas de doute, la transition démographique (qui passe par le déclin de la fécondité) mène à la transition démocratique : le contrôle des naissances suppose et induit une plus grande égalité au sein de la famille (entre maris et femmes comme entre parents et enfants) et conduit à accorder davantage de place aux individus. Toutes ces transformations ne peuvent pas, selon Youssef Courbage, ne pas avoir de conséquences au plan politique. Quand une population prend en main sa destinée démographique (mariage, procréation), elle ne peut pas laisser à d’autres le soin  de décider de son avenir politique. Youssef Courbage va même jusqu’à défendre l’idée d’un modèle qui associerait famille élargie et autoritarisme d’une part, famille restreinte et démocratie de l’autre, tout en reconnaissant que la Chine constitue une notable exception.

Plus convaincante parce qu’elle établit un lien qui n’est pas une relation causale directe, l’idée que la rapidité de la transition démographique engendre ou révèle de telles transformations  qu’elle ne peut pas ne pas avoir de conséquences au plan politique. Y. Courbage insiste sur la rapidité et la brutalité de cette transition démographique : en 40 ans, les pays arabes ont vu leur fécondité s’effondrer. Là où il y avait sept, huit ou neuf enfants par femme dans les années 1970, il y en a maintenant un, deux ou trois (5 au Yémen). Cette baisse de la fécondité s’accompagne d’autres transformations comme le développement du célibat ou la hausse de la scolarisation des femmes : au Maroc, en 2010, pour la tranche d’âge des 30-34 ans, 42% des hommes ne sont pas mariés, et 33% des femmes. Dans ce pays, le célibat à 50 ans concerne de 6 à 7 % des hommes aujourd’hui, contre moins de 1% il y a 30 ans, et le taux de mariage entre cousins est de 15 % alors qu’il s’établissait à 30% en 1995. Dans beaucoup de pays arabes, les taux de scolarisation à l’université sont plus élevés pour les filles que pour les garçons. Au Yémen les filles de 15 à 24 ans sont aussi instruites que les garçons du même âge.

Il faudrait ajouter l’urbanisation massive et elle aussi très rapide qui fait qu’aujourd’hui plus des deux tiers de la population du monde arabe vit en ville contre 25% en 1950. En revanche, le travail féminin salarié reste relativement peu développé : là où il est le plus élevé, le taux de travail des femmes oscille autour de 30% alors qu’il s’établit à 90% en Corée du Sud ou à Singapour.

Youssef Courbage réfute l’idée couramment avancée d’une révolution qui serait celle de la « youth bulge »  (la « bulle » de la jeunesse) avec deux arguments : dans beaucoup de pays en révolution, la proportion des jeunes (15-24 ans) a commencé à diminuer. On pourrait répondre que c’est moins vrai si on étend un peu la catégorie « jeunes », aux « jeunes adultes » qui, plus diplômés que leurs aînés ne trouvent pas de place sur le marché de l’emploi. Le second argument avancé par Y. Courbage repose sur une mise en parallèle des révolutions arabes et des mouvements des « Indignés » qui touchent plusieurs pays comme l’Espagne, le Portugal, la Grèce, ou Israël, autrement dit des pays où la bulle démographique des jeunes n’est pas en cause. Même s’il existe des points communs. Y. Courbage rappelle à ce propos que  le taux de chômage des jeunes de 20 à 29 ans en Italie est de 30% comme au Maroc.

Y. Courbage a commencé sa conférence en présentant l’ouvrage qu’il a écrit avec Emmanuel Todd, Le rendez-vous des civilisations paru en 2007 à Paris aux éditions du Seuil (La République des idées). Il y montre comment, au plan démographique, il n’y a pas de monde musulman, ni de monde arabe. C’est une « fiction » qui ne tient pas compte de la diversité des Etats et des populations qui composent ces différents ensembles. Les « révolutions arabes » ont remis au goût du jour l’expression et donc la catégorie « monde arabe ». Leur situation démographique demeure pourtant contrastée. Comme le faisait remarquer Y. Courbage, au sein des Etats qui connaissent des phénomènes révolutionnaires comme parmi ceux qui restent à l’écart de cette vague contestataire, se trouvent des pays qui ont achevé leur transition (Tunisie, Bahreïn, Liban), d’autres qui sont en voie de le faire (Libye, Algérie), d’autres enfin ou la transition « piétine » (Égypte, Syrie, Yémen, Jordanie). Si la démographie se révèle utile pour éclairer le contexte général dans lequel ces révolutions ont pris naissance, elle laisse cependant dans l’ombre ce qui permet d’expliquer pourquoi elles ont éclaté là et non ailleurs.