Des Algériens qui ont manifesté le 17 octobre 1961 témoignent.

Vous pouvez les écouter et les voir dans le documentaire de Yasmina Adi, « Ici on noie les Algériens » en salle depuis le 19 octobre. C’est là, dans la parole de ces anonymes qui ont pris part à la manifestation organisée par le FLN pour protester contre le couvre-feu imposé aux « Français musulmans d’Algérie », que réside le principal intérêt de ce film. Ce dernier mêle avec habileté ces témoignages et des images d’archives pour reconstituer ce mardi 17 octobre 1961 (rassemblement, répression, arrestation et rétention des manifestants dont plusieurs – gravement blessés ou noyés – ont disparu) et les journées qui suivirent.

affiche ici on noie les AlgériensYasmina Adi a choisi de monter ces documents (récits des acteurs, photographies, archives sonores) sans voix off et sans sous-titre. Sur le site du film, elle dit son refus de présenter  « un documentaire historique classique » et sa volonté « que le spectateur vive cette période quasiment en direct ». Les témoignages sont livrés sans aucune explication : le spectateur ne sait pas qui parle (on devine qu’une des femmes, qui cherchait à galvaniser les manifestantes, devait être proche du FLN, mais les autres ?) et aucun élément de contexte ne permet de mettre en perspective la parole des témoins ou les documents sonores. Contrairement à ce qui est écrit ici, ce film ne résume pas l’essentiel de ce qu’il faut retenir de cette journée du 17 octobre, il livre un point de vue, essentiellement celui des victimes, ce qui ne suffit pas à en faire un documentaire historique (pour une critique en règle voir ). Cela ne signifie pas qu’il soit sans intérêt, surtout pour des étudiants inscrits en histoire contemporaine du monde arabe (et que tous ceux qui étudient les dialectes maghrébins devraient aller voir pour entendre parler algérien).

 

L’agenda d’Asmahan (octobre 2011)

Les étudiants du département Etudes arabes de l’INALCO ont créé une association culturelle, Asamhan. Elle se propose, entre autres, de diffuser chaque moi un agenda qui recense les événements culturels concernant le monde arabe. Le voici pour octobre 2011.
Agenda culturel – octobre 2011

17 septembre au 31 octobre 2011 – Gens de Beyrouth, Gens de Paris. Expo (dessin – peinture) de Mazen Kerbaj
Librairie du Théâtre du Rond-Point, 2 bis avenue Franklin D. Roosevelt
10 octobre 2011 – Soirée hommage aux victimes algériennes du 17 octobre 1961 – Cabaret sauvage
13 octobre 2011 – Colloque PALESTINE avec Alain Gresh
Le Comité Justice et Paix en Palestine et au Proche-Orient
A la Maison Fraternelle, 37, rue Tournefort, Paris 5e.
(Entrée libre et gratuite (libre participation aux frais).
15 octobre 2011 – Colloque sur le 17 octobre 1961 à l’Assemblée Nationale
18 octobre 2011 – au Forum des images, films sur le 17 octobre 1961
14h15 |  RDV |  Le Silence du fleuve d’ Agnès Denis et Mehdi Lallaoui
16h00 |  RDV |  17 octobre 1961, dissimulation d’un massacre de Daniel Kupferstein
17h15 |  RDV |  Nuit noire d’Alain Tasma
19h30 |  RDV |  Ici on noie les Algériens, 17 octobre 1961 de Yasmina Adi
22h00 |  RDV |  Octobre à Paris de Jacques Panijel (film censuré pendant 30 ans)
Du 16 septembre au 21 octobre 2011 – J’aurais voulu être égyptien d’Alaa El Aswany
Théâtre Nanterre-Amandiers
21 octobre 2011 – concert avec Mazen Kerbaj et Sharif Sehnaoui à l’Eglise Saint-Merry (4e)
Du 16 au 25 octobre 2011 – Le Maghreb des films. Horaires des films diffusés disponibles ici.

Du 19 au 29 octobre 2011 – Octobre à Paris de Jacques Panijel
Film sur le 17 octobre 1961 interdit pendant 30 ans – Cinéma Les 3 Luxembourg – 67, rue Monsieur Le Prince | 75006 Paris
24 octobre 2011 20H30 – ANOUAR BRAHEM – THÉÂTRE DE LA VILLE

Association Asmahan
Association culturelle des études arabes à l’Inalco

Rentrée à l’INALCO (suite) : séminaires de Master et blogs

Les séminaires de mater ont repris début octobre. Pour les étudiants de master 1, voici le programme du séminaire de méthodologie Proche et Moyen-Orient de l’INALCO, et du séminaire HSTM (Histoire, sociétés et territoires du monde). Pour les M2, les doctorants, les chercheurs plus confirmés et toute personne intéressée, le séminaire Histoire du monde arabe et du Moyen-Orient organisé à l’IISMM avec comme thème cette année révoltes, révolutions, réformes. Voici enfin le programme du séminaire Histoire du Maghreb à l’EHESS.

Pour les étudiant de licence : des étudiants  ont ouvert des blogs pour mettre en ligne les cours en L1 et en L2. N’hésitez pas à les consulter et… à les alimenter.

La démographie peut-elle expliquer les révolutions dans le monde arabe ?

C’est une des questions que posait Youssef Courbage, directeur de recherches à l’INED et spécialiste du monde arabe, ce jeudi 6 octobre dans le cadre du Voyage des savoirs cycle de conférences organisées à Lyon par le GREMMO. Pour lui, il n’y a pas de doute, la transition démographique (qui passe par le déclin de la fécondité) mène à la transition démocratique : le contrôle des naissances suppose et induit une plus grande égalité au sein de la famille (entre maris et femmes comme entre parents et enfants) et conduit à accorder davantage de place aux individus. Toutes ces transformations ne peuvent pas, selon Youssef Courbage, ne pas avoir de conséquences au plan politique. Quand une population prend en main sa destinée démographique (mariage, procréation), elle ne peut pas laisser à d’autres le soin  de décider de son avenir politique. Youssef Courbage va même jusqu’à défendre l’idée d’un modèle qui associerait famille élargie et autoritarisme d’une part, famille restreinte et démocratie de l’autre, tout en reconnaissant que la Chine constitue une notable exception.

Plus convaincante parce qu’elle établit un lien qui n’est pas une relation causale directe, l’idée que la rapidité de la transition démographique engendre ou révèle de telles transformations  qu’elle ne peut pas ne pas avoir de conséquences au plan politique. Y. Courbage insiste sur la rapidité et la brutalité de cette transition démographique : en 40 ans, les pays arabes ont vu leur fécondité s’effondrer. Là où il y avait sept, huit ou neuf enfants par femme dans les années 1970, il y en a maintenant un, deux ou trois (5 au Yémen). Cette baisse de la fécondité s’accompagne d’autres transformations comme le développement du célibat ou la hausse de la scolarisation des femmes : au Maroc, en 2010, pour la tranche d’âge des 30-34 ans, 42% des hommes ne sont pas mariés, et 33% des femmes. Dans ce pays, le célibat à 50 ans concerne de 6 à 7 % des hommes aujourd’hui, contre moins de 1% il y a 30 ans, et le taux de mariage entre cousins est de 15 % alors qu’il s’établissait à 30% en 1995. Dans beaucoup de pays arabes, les taux de scolarisation à l’université sont plus élevés pour les filles que pour les garçons. Au Yémen les filles de 15 à 24 ans sont aussi instruites que les garçons du même âge.

Il faudrait ajouter l’urbanisation massive et elle aussi très rapide qui fait qu’aujourd’hui plus des deux tiers de la population du monde arabe vit en ville contre 25% en 1950. En revanche, le travail féminin salarié reste relativement peu développé : là où il est le plus élevé, le taux de travail des femmes oscille autour de 30% alors qu’il s’établit à 90% en Corée du Sud ou à Singapour.

Youssef Courbage réfute l’idée couramment avancée d’une révolution qui serait celle de la « youth bulge »  (la « bulle » de la jeunesse) avec deux arguments : dans beaucoup de pays en révolution, la proportion des jeunes (15-24 ans) a commencé à diminuer. On pourrait répondre que c’est moins vrai si on étend un peu la catégorie « jeunes », aux « jeunes adultes » qui, plus diplômés que leurs aînés ne trouvent pas de place sur le marché de l’emploi. Le second argument avancé par Y. Courbage repose sur une mise en parallèle des révolutions arabes et des mouvements des « Indignés » qui touchent plusieurs pays comme l’Espagne, le Portugal, la Grèce, ou Israël, autrement dit des pays où la bulle démographique des jeunes n’est pas en cause. Même s’il existe des points communs. Y. Courbage rappelle à ce propos que  le taux de chômage des jeunes de 20 à 29 ans en Italie est de 30% comme au Maroc.

Y. Courbage a commencé sa conférence en présentant l’ouvrage qu’il a écrit avec Emmanuel Todd, Le rendez-vous des civilisations paru en 2007 à Paris aux éditions du Seuil (La République des idées). Il y montre comment, au plan démographique, il n’y a pas de monde musulman, ni de monde arabe. C’est une « fiction » qui ne tient pas compte de la diversité des Etats et des populations qui composent ces différents ensembles. Les « révolutions arabes » ont remis au goût du jour l’expression et donc la catégorie « monde arabe ». Leur situation démographique demeure pourtant contrastée. Comme le faisait remarquer Y. Courbage, au sein des Etats qui connaissent des phénomènes révolutionnaires comme parmi ceux qui restent à l’écart de cette vague contestataire, se trouvent des pays qui ont achevé leur transition (Tunisie, Bahreïn, Liban), d’autres qui sont en voie de le faire (Libye, Algérie), d’autres enfin ou la transition « piétine » (Égypte, Syrie, Yémen, Jordanie). Si la démographie se révèle utile pour éclairer le contexte général dans lequel ces révolutions ont pris naissance, elle laisse cependant dans l’ombre ce qui permet d’expliquer pourquoi elles ont éclaté là et non ailleurs.

« Dégage ! On tourne ! »

C’est sous ce titre que l’ Institut d’études de l’islam et des sociétés du monde musulman et la Direction de l’audiovisuel de l’EHESS en partenariat avec l’HiCSA de l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne organisent une table ronde internationale le 27 octobre prochain autour du cinéma et des révolutions arabes.

degage