Note de lecture : Les tabarquins, esclaves du Corail, 1741-1769

Îlot de la Méditerranée, corail, corsaires barbaresques, populations réduites en esclavage puis rachetées, l’histoire des Tarbarquins narrée par Paulette et Claude Grenié contient des ingrédients qui aurait pu en faire un parfait roman estival. Mais c’est en fait une étude sérieuse et extrêmement documentée que présentent les deux auteurs passionnés par l’histoire de Tabarqua, petite île aux confins des côtes des Régences de Tunis et d’Alger dont la population, originaire de la Riviera de Gênes, vivait de la pêche du corail. En 1542, ce Preside espagnol est donné à ferme à deux familles génoises (les Grimaldi et les Lomellini) qui exploitent le corail contre un cinquième de la récolte. D’autres redevances sont versés au bey de Tunis, au dey d’Alger et aux tribus du littoral tout proche pour garantir la sécurité de cette lucrative entreprise. Le corail est en effet prisé en Europe pour ses vertus magiques ou curatives et sa valeur esthétique. Les Tabarquins ne sont pas les seuls à en scruter la présence dans les fonds méditerranéens : les comptoirs de Bône ou la Calle, dans la Régence d’Alger se livrent à la même activité pour le compte d’une compagnie française.

Au début du XVIIIe siècle, les difficultés financières des Lomellini qui ne peuvent plus s’acquitter de leur redevance ni entretenir leur flotte, les appétits de la France et la volonté  du bey de Tunis Ali Pacha de mieux contrôler son territoire mettent en péril  le comptoir génois. En juin 1741, le bey de Tunis s’empare de l’île dont la population (un peu plus de 800 personnes) est capturée et conduite à Tunis. Quinze ans plus tard, après le sac de la ville par les troupes du dey, la plupart d’entre eux sont emmenés à Alger. Rachetés en 1769, ils connaissent des sorts divers : certains partent fonder Tabarqua Nueva sur l’île Plane au large d’Alicante ; d’autres tentent de retourner à Tunis où quelques uns s’installent, tandis que d’autres encore finissent par échouer sur l’île de San Antioco au sud de la Sardaigne où ils fondent la petite commune de Calasetta en 1770. A travers les tribulations des Tabarquins qu’ils suivent à la trace, les auteurs éclairent l’économie d’une Méditerranée où s’entremêlent le commerce (du corail ou des céréales) et la guerre de course. La description très précise du sort des Tabarquins, libres ou, plus souvent, réduits en esclavage, renvoie de cette pratique une image très nuancée que l’emploi du terme « esclave », trop général et trop connoté, ne parvient pas à rendre : partout les différences sont notables  suivant les sexes et les âges. A Alger, leur situation se révèle plus difficile qu’à Tunis ; dans cette ville, elle dépend étroitement de leurs compétences de départ. Giambattista Gazzo, ancien médecin de l’île,  échappe aux bagnes, continue à exercer son art auprès du bey et devient un personnage influent de la cour (p. 197). Des corailleurs, et plus généralement les gens de métiers exercent des activités individuelles qui leur permettent d’amasser un pécule en vue de leur rachat, tandis que d’autres employés à des travaux de terrassements ou de construction ont moins de chance d’y parvenir. Les opérations de rachat, difficiles dans le cas des Tabarquins qui ne dépendent d’aucune paroisse d’origine, font l’objet d’intenses et longues négociations qui mobilisent de nombreux intermédiaires originaires de tout le pourtour méditerranéen :  religieux spécialisés (trinitaires, rédemptoristes), commerçants, diplomates. Les auteurs défendent l’idée de l’existence d’une nation tabarquine (chapitre 14), unie par une même langue dérivée du génois, mais leur livre invite plutôt à classer les Tabarquins, parmi les Hommes de l’entre-deux ou encore les « hommes-frontières » pour reprendre une de leurs expressions : comme eux, ils ont été en « relations avec divers univers culturels ou politique », ont beaucoup circulé, comme hommes libres (pêche, migrations) ou comme esclaves, et « jouent sur des identités ambigües ou multiples »1. Beaucoup parlent plusieurs langues, le tabarquin, l’italien, l’arabe, le français, parfois le turc, et la lingua franca. Tous appartiennent à de multiples réseaux familiaux, religieux, commerciaux, politiques et même, à la fin du XVIIIe siècle, maçonnique (p. 196). Là encore le cas de Giambattista Gazzo est exemplaire : par ses gendres, il est aussi en relation avec des commerçants génois ou livournais et avec le consul de Hollande. Tout à leur minutieuse enquête, les auteurs ne font pas le rapprochement avec ces autres intermédiaires ou  médiateurs de la Méditerranée, pas plus qu’ils ne parviennent à situer l’épopée des Tabarquins dans un contexte plus général, méditerranéen ou ottoman : comme le fait remarque M’hamed Oualdi dans son compte-rendu, ils suggèrent des pistes plus qu’ils ne les exploitent. Une autre réserve tient aux sources, abondantes, mais présentées de façon très allusive (quelques lignes) et dont les notes, le plus souvent sibyllines, ne permettent pas plus de se faire une idée claire et … critique.

  1. B. Heyberger, C. Verdeil, Hommes de l’entre-deux…, Paris, Les Indes savantes, 2009,  p. 7-11 []