La Bibliothèque Nationale du Liban : un travail « de fourmi » en vue d’une renaissance.

photoBNL2
©Moho, 2013

Samedi 8 juin 2013, dans le cadre de la journée internationale des archives au Liban (voir le programme ici), la bibliothèque nationale du Liban a ouvert ses portes au public. Organisée par l’observatoire du patrimoine contemporain (Modern Heritage Observatory (MoHO)), à l’initiative du Conseil international des archives (www.ica.org), cette journée a braqué la lumière sur le travail de fourmi qu’effectuent dans l’ombre les bibliothécaires et les restaurateurs de livres de la Bibliothèque Nationale Libanaise. Qui serait capable de dire où sont conservés aujourd’hui les fonds de l’ancienne Grande Bibliothèque de Beyrouth, inaugurée en 1922 et fermée durant la guerre civile en 1979 ? Gageons que peu de Libanais savent qu’après un périple qui les a conduits du palais de l’UNESCO à un entrepôt de Sin-el-Fil -entres autres-, ils occupent depuis 2002 deux étages d’un des bâtiments des douanes de la zone franche du port, quasiment en face de la gare routière Charles Helou. Certes cette installation n’est que provisoire : en 2015, la  nouvelle Bibliothèque Nationale Libanaise devrait à nouveau accueillir du public dans un tout bâtiment tout neuf, construit en face du jardin de Sanayeh. En attendant, c’est donc dans la zone franche du port que l’on déballe, dépoussière, répare parfois, trie, catalogue, numérise les documents de l’ancienne bibliothèque de  Beyrouth qui ont survécu à la guerre civile.

photoBNL1
©Moho, 2013

Trésors

Ce 8 juin 2013, la future Bibliothèque Nationale exposait quelques trésors tout en offrant un aperçu de ses collections. Une première salle était consacrée à la presse, passion du fondateur de la grande bibliothèque de Beyrouth, Philippe de Tarrazi (1865-1956), qui collectionna les premiers numéros de très nombreux journaux (en langue arabe, turque, assyrienne, hébraïque, arménienne, perse, tatare, kurde, indienne, ourdoue, entre autres) et de non moins nombreux ouvrages, dont certains de grande valeur. Auteur d’une volumineuse histoire de la presse arabe publiée à partir de 1913 et qui fait toujours référence aujourd’hui, il fit don de sa collection privée à l’institution qui fut inaugurée au tout début du Mandat français et dont il fut le secrétaire général jusqu’en 1939.  Les titres présentés par la Bibliothèque Nationale du Liban en ce mois de juin rendaient compte des centres d’intérêts de Philippe de Tarrazi mais ils illustraient aussi la vitalité de la presse dans les provinces arabes à la fin de la période ottomane puis sous le Mandat français. Outre des journaux aux préoccupations politiques, on trouvait aussi des revues écrites par des femmes et destinées aux femmes et de la presse enfantine (surtout à partir des années 1940-1950). Parmi les ouvrages, exposés dans une autre salle, figuraient des trésors de la Bibliothèque, dont un exemplaire très ancien de la Description d’Égypte, corrigé à la main avant nouvelle impression, ou encore des livres religieux (Bibles, Corans). D’autres volumes, aux ambitions plus prosaïques, éclairaient l’histoire de cet espace dont une partie est devenue le Liban en 1920 : un manuel pour apprendre à parler le turc ottoman rappelait qu’il appartenait à ce vaste empire, de nombreux traités d’agriculture sur l’art de cultiver telle ou telle plante (dont la soie), évoquaient les ambitions réformatrices du gouvernement ottoman et les transformations du monde rural du second XIXe siècle, tandis que des cartes de la production agricole réalisées pendant la période mandataire témoignaient de la passion cartographique des puissances coloniales. Au fond de la salle, deux tables présentaient des livres en format poche aux couvertures vivement colorées et illustrées de femmes aguichantes, parus pour la plupart dans les années 1940 et 1950. Histoires d’amour compliquées, romans à l’eau de rose éclairaient une autre facette de l’objet livre, moins austère et plus léger : la lecture comme mode de loisir autant qu’instrument de connaissances.

©Moho, 2013
©Moho, 2013

Les cartons de l’ancienne grande bibliothèque renferment aussi des archives dont seule une petite partie a été ressortie des ténèbres où la guerre civile les a plongés : cartes d’anciens lecteurs, hommes et femmes de tous âges et originaires des différentes régions du Liban, inventaires divers et autres registres levaient le voile sur la Bibliothèque comme lieu vivant de culture, gardien d’un patrimoine, à l’affût de nouvelles acquisitions et fréquenté par des lecteurs.

Passion de l’histoire et du patrimoine

Dans le Liban d’aujourd’hui, paralysé par une profonde crise politique (absence de gouvernement, parlement en fin de mandat), secoué par la crise syrienne (afflux de réfugiés, implication de nombreux Libanais dans la guerre en Syrie, tantôt pour – le Hezbollah – tantôt contre – une partie des sunnites –  le régime de Bachar Al-Assad), en proie aux difficultés économiques, cette exposition offrait comme une bouffée d’espoir. Animée par le personnel de la future Bibliothèque Nationale Libanaise, elle laissait transparaître la passion de ceux qui œuvrent à protéger et faire revivre un élément fondamental du patrimoine libanais et au-delà arabe. Des femmes surtout (les hommes semblent plus nombreux pour effectuer les opérations de restauration), jeunes pour la plupart, parlant l’anglais et/ou le français, soucieux de rendre compte de leur travail et de partager leur passion des livres, tous renvoyaient une image de la société libanaise bien différente de celle à laquelle la plupart des médias nous ont habitués. Non pas clivée mais liée par un même enthousiasme pour les livres et le patrimoine qu’ils représentent. Une sorte de miracle dans un pays que d’ordinaire l’histoire divise plutôt qu’elle unit.

PS : Un grand merci au personnel de la bibliothèque pour la visite de cette exposition et son aide. Un autre compte-rendu de cette manifestation paru dans Al-Safir est disponible ici (en arabe).