Circulations et migrations : quelles régulations dans un monde globalisé ?

Du 31 mars au 2 avril 2016, s’est tenue à la Cité internationale universitaire de Paris (CIUP) la seconde édition de l’Université de la Paix sur le thème « paix et migration, penser le monde autrement ». Voici un compte-rendu subjectif de trois jours de tables-rondes, conférences, débats et projections.

Dans notre monde, l’argent circule librement, (trop librement aux yeux de certains), les organisations internationales encouragent le va et vient des biens et des services, mais de très nombreux obstacles s’opposent à la circulation des personnes. C’est par ce constat qu’Antonio Guterres, ancien haut-commissaire aux réfugiés pour l’ONU a ouvert sa conférence à l’université de la Paix organisé par la CIUP du 31 mars au 2 avril. Partant du constat de l’augmentation des flux migratoires (elle-même liée à la multiplication et à la durée des conflits) et des besoins des pays européens dont la population vieillit et répugne à occuper certains emplois, A. Guterres a plaidé pour une meilleure organisation et un plus grand contrôle de ces flux, régulation qui serait en outre un moyen de réduire les profits des passeurs. Rappelant que la plupart des réfugiés sont accueillis dans des pays en développement, il a déploré que l’attitude de l’Europe soit si frileuse et si contraire à sa tradition d’asile. Un peu plus d’un million de réfugiés ont frappé à la porte de l’Europe ces derniers mois. Rapporté à sa population, cela représente une personne pour 2000 habitants : si important soit-il, ce flux n’était pas et n’est pas ingérable pour les pays développés, à condition qu’ils acceptent d’investir dans le renforcement de leur cohésion sociale, de soutenir les pays du premier accueil (comme la Grèce), et de réguler les mouvements migratoires. L’approche choisie par A. Guterres (liberté de circulation de l’argent, des biens et des services vs entraves à celle des personnes) suggérait bien la voie à suivre selon lui (mais aussi selon bien des travaux académiques sur la question) : favoriser une plus grande liberté de déplacement à l’échelle du globe. De ce point de vue, insister sur une nécessaire régulation visait tout autant à tracer les lignes d’une possible mise en œuvre de cette politique qu’à la rendre acceptable par des classes politiques et des opinions européennes plus que réticentes.

A. Guterres a aussi plaidé pour une approche plus collective de la « crise des réfugiés » actuelle, sans insister sur le fait qu’il s’agirait là d’une rupture avec le droit des réfugiés tel qu’il s’est défini depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale. La convention de 1951 définit le droit des réfugiés comme un droit individuel. Désormais la charge de la preuve incombe aux réfugiés, alors que l’apatride russe exilé des années 1920 n’avait pas besoin de prouver que sa crainte de la persécution était fondée. Lors de la table ronde « Le phénomène migratoire : histoire et nouvelle donne », le philosophe Javier de Lucas Martin faisait remarquer que l’accord signé récemment entre la Turquie et l’Union européenne allait en quelque sorte au bout de cette logique d’individualisation. Les réfugiés ne sont même plus des personnes avec une histoire singulière, mais des individus interchangeables, puisque l’un peut être renvoyé en Turquie, pour un autre reçu en Europe.

Ainsi que l’a rappelé Dzovinar Kevonian lors de cette même table ronde, le droit d’asile s’est pourtant constitué à l’origine comme un droit collectif dans les années de la fin du XIXe-XXe, pendant et après la Première guerre mondiale. Ce droit est contemporain de la consolidation des États modernes, de la mise en place des papiers d’identité et de voyage, de mouvements de population massifs (des juifs de Russie et d’Europe centrale, des Russes « blancs », puis des Républicains espagnols). Dans les années 1920, qui sont aussi celles de la construction de la Cité internationale Universitaire de Paris, on estime qu’il y a environ 10 millions de réfugiés en Europe. Ce sont avant tout des Européens qui obtiennent l’asile à titre collectif. Durant le second XXe siècle et en dépit des orientations prises en 1951, l’approche collective n’a pas été complètement abandonnée : elle a bénéficié aux boat-people fuyant la guerre du Vietnam ou aux Chiliens chassés par la dictature de Pinochet. À la fin de sa conférence, A. Gueterres a suggéré qu’il y avait là une voie à suivre pour aborder la « crise » syrienne.

Le lendemain, Pierre Vimont et Pascal Brice, tous deux diplomates, l’un ancien numéro deux du service diplomatique européen (et le « Claude Maupas » de la B.D. Quai d’Orsay), l’autre directeur de l’OFPRA (Office français de Protection des Réfugiés et des Apatrides), ont apporté un autre éclairage sur cette crise. Le premier a en a décrit les manifestations au niveau européen : l’absence de concertation (on ferme les frontières sans avertir les partenaires), le délitement de la solidarité (la ligne « Orban » du chacun pour soi et de la fermeture s’imposant finalement) et les hésitations politiques (de la « relocation » à la fermeture des frontières et au fameux accord avec les Turcs). Pour y remédier, il faudrait recréer un « esprit européen », et renouer avec une solidarité qui pourrait passer par des voies financières. Sans vouloir se montrer trop pessimiste, Pierre Vimont a laissé cependant paraître son inquiétude comparant implicitement la crise des réfugiés de 2015-2016 à la crise financière de 2008, un événement ébranlant les fondements mêmes de l’Europe. Pascal Brice s’est félicité de la récente réforme de l’OFPRA qui a permis à la France d’accueillir 80 000 demandeurs d’asile en 2015 (contre un million en Allemagne). À ses yeux, la politique de l’asile devrait « grandir », car aucune limite n’est, en droit, fixée à l’OFPRA dont la raison d’être et l’action reposent sur la distinction nette entre le droit d’asile et la politique migratoire.

C’est cette même distinction qui a été au cœur du débat organisés par des résidents autour « des voix inaudibles de la crise syrienne ». Inaudibles parce que le traitement qu’en proposent les médias est souvent réducteur ou tendancieux (comme l’a montré Sophie Mazet), et que les principaux concernés, les réfugiés eux-mêmes, ont rarement droit à la parole. Lui-même réfugié et accueilli à la Cité depuis l’automne 2015, Kahtan al-Harbat a affirmé : « je fais partie de la crise ». Il a ensuite raconté qu’en 2010, il avait envisagé de poursuivre ses études en Europe. Quelques années plus tard, la guerre civile en Syrie a fait de lui un réfugié, parti dans la précipitation, arrivé en Europe au terme d’un voyage périlleux, incertain quant à son éventuel retour dans son pays. Sur sa route, il a rencontré des Afghans en quête d’une vie meilleure et il s’interroge sur ce qui le sépare d’eux. S’il a lui-même fui un régime qui le persécutait, on sentait à l’écouter que la migration de ses compagnons d’infortune ne lui paraissait pas illégitime et lors de la discussion largement ouverte à la salle par Kahina Méziant, la séparation entre migrants et réfugiés, entre départ volontaire et exil forcé, est apparue moins nette. De retour d’un travail de terrain dans les camps de réfugiés au Nord du Liban, Layal Twal a témoigné de l’engagement de nombreuses ONG et de bien des Libanais en faveur du million (voire plus) de Syriens installés au pays du cèdre, où il représente entre ¼ et ⅓ de la population.

Au fil des rencontres et des débats, la crise « syrienne » est apparue comme la manifestation d’un phénomène bien plus massif, récurrent dans l’histoire et appelé à s’amplifier. D’où l’urgence à continuer à le penser et à en débattre.

Pour consulter le programme dans son ensemble, voir ici.

Les conférences et tables-rondes dont il est question dans ce billet sont les suivantes :

– « Le phénomène migratoire: histoire et nouvelle donne » avec Dzovinar Kevonian et Javier de Lucas Martin, jeudi 31 mars, 14h30, maison de la Tunisie

– « Les populations en mouvement au XXIe siècle », avec A. Guterres, jeudi 31 mars, 20h, maison Heinrich Heine.

– « Gestion des flux migratoires, politique migratoire » avec Pierre Vimont et Pascal Brice, vendredi 1er avril, 14h40, maison des étudiants canadiens.

– « Les voix inaudibles de la crise migratoire : discussions et témoignages de résident », avec Kahtan al-Harbat, Layal Twal, Sophie Mazet et Kahina Meziant.