Les lieux de mémoire de la guerre d’indépenance algérienne

Fruit d’une thèse préparée sous la direction de Benjamin Stora et soutenue en 2012, ce livre d’Emmanuel Alcaraz intitulé Les lieux de mémoire de la guerre d’indépendance algérienne, propose « une périodisation de l’histoire de la mémoire de la guerre de libération algérienne de 1962 à nos jours » (p. 23), une mémoire qui ne se limite pas à la doxa officielle. Dans la mesure où « le pouvoir algérien fait appel au roman national algérien afin de conserver son hégémonie culturelle, ou du moins idéologique, sur la société algérienne » (p. 33), la construction de cette mémoire et les voix dissidentes qu’elle suscite disent quelque chose du fonctionnement du pouvoir politique algérien et de ses relations avec la population. Cette histoire éminemment politique ne saurait faire l’économie des relations difficiles que l’Algérie entretient avec la France. La « guerre des mémoires » fait partie avec la glorification des martyrs des « continuités » de cette histoire de la mémoire algérienne, écrite à partir de deux grands types de source, des enquêtes de terrain (observation des commémorations, entretiens) et des archives françaises (archive militaires, archives de l’Institut français d’architecture…).

La glorification des martyrs est analysée à partir d’une étude du culte patriotique ou civique rendu aux monuments aux martyrs de 1962 à nos jours (premier chapitre). Au delà de ce substrat, l’auteur distingue quatre périodes qu’il a choisi d’étudier à travers un lieu de mémoire particulier. Le premier porte sur le projet de musée du mujâhid (combattant) sous Ben Bella et sous Boumediene (chapitre 2) qui relate le projet avorté de transformer la prison de Barberousse/Serkadji sise dans la Casbah en musée national. Il met en lumière les raisons de son abandon après la mort de Boumediene : ce lieu aurait fait écho à la diversité des combattants de la guerre d’indépendance algérienne (des Européens et communistes y ont été emprisonnés, voire mis à mort, comme Fernand Yveton) et conduit à mettre en valeur la dimension politique de cet affrontement alors que le pouvoir algérien insiste sur ses aspects militaires, comme le montre l’étude d’un deuxième lieu, le musée central de l’armée (chapitre 3), inauguré le 1er novembre 1984. La mémoire du congrès de la Soummam (20 août 1956, premier congrès du FLN qui a élaboré la première constitution algérienne) témoigne de la pluralité des mémoires algériennes qui s’exprime par des commémorations concurrentes (celle de l’État et celle des mouvements kabyles). Le cinquième et dernier chapitre porte sur la bataille d’El Djorf, redécouverte dans les années 2000 et dont le pouvoir politique aurait souhaité faire une sorte de Dien Bien Phu algérien : à travers elle, il s’agit d’insister sur la dimension militaire du conflit à rebours de la vision propagée par l’armée française qui présente la guerre d’Algérie comme une guerre d’escarmouches (exception faite de la bataille aux frontière), gagnée militairement par la France mais politiquement par le mouvement national algérien.

Plusieurs périodes scandent cette histoire des lieux de mémoire. De 1962 à 1971, la construction d’une mémoire nationale officielle n’est pas une priorité et les commémorations sont peu encadrées par des normes officielles. Après 1971 et la création du fonds des archives nationales et jusqu’en 1984 (célébration du trentième anniversaire du début du conflit), se met en place une mémoire officielle qui se montre un peu plus ouverte au début des années 80 (des opposants au pouvoir comme Mohammed Khider ou Krim Belkacem sont réhabilités). L’ouverture démocratique des années 1989-1992 favorise l’émergence d’associations indépendantes du pouvoir qui diffusent un autre discours sur le conflit. À partir de 1999, dans le cadre de la politique de réconciliation nationale menée par le Président Bouteflika pour clore la décennie noire, la réhabilitation de la figure de Messali Hadj témoigne d’un réaménagement de la mémoire officielle alors que la « guerre des mémoires » s’envenime avec la France (loi de 2005 sur les « bienfaits » de la colonisation).

L’auteur revient en conclusion sur les croyances (le « million et demi de martyrs », le rôle déterminant de l’Armée de libération nationale de l’extérieur, le soulèvement du peuple paysan algérien) et les lieux de culte de cette mémoire officielle de la guerre d’indépendance. Il montre qu’elle est destinée au peuple algérien pris dans son ensemble et non à des individus citoyens. Dans la construction de cette mémoire, l’armée joue un rôle à la fois central et déterminant. Elle orchestre les célébrations et les oublis (les harkis) et si des voix dissonantes peuvent se faire entendre, c’est souvent à la faveur de dissensions au sein des cercles qui composent le pouvoir militaire. Depuis 2011, certains lieux de mémoire sont réinvestis par les mouvements d’opposition de la société civile que le pouvoir ne peut complètement étouffer. Emmanuel Alcaraz plaide enfin pour l’élaboration d’une histoire et d’une mémoire communes entre la France et l’Algérie. Dans cette perspective, son livre, qui permet d’historiciser, donc de mettre à distance, la construction de la mémoire officielle de la guerre d’Algérie et ses –timides – contestations, constitue incontestablement un jalon important.

Emmanuel Alcaraz, Les lieux de mémoire de la guerre d’indépendance algérienne, préface d’Aïssa Kadri, Paris, Karthala, 2017


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.