Des Algériens qui ont manifesté le 17 octobre 1961 témoignent.

Vous pouvez les écouter et les voir dans le documentaire de Yasmina Adi, « Ici on noie les Algériens » en salle depuis le 19 octobre. C’est là, dans la parole de ces anonymes qui ont pris part à la manifestation organisée par le FLN pour protester contre le couvre-feu imposé aux « Français musulmans d’Algérie », que réside le principal intérêt de ce film. Ce dernier mêle avec habileté ces témoignages et des images d’archives pour reconstituer ce mardi 17 octobre 1961 (rassemblement, répression, arrestation et rétention des manifestants dont plusieurs – gravement blessés ou noyés – ont disparu) et les journées qui suivirent.

affiche ici on noie les AlgériensYasmina Adi a choisi de monter ces documents (récits des acteurs, photographies, archives sonores) sans voix off et sans sous-titre. Sur le site du film, elle dit son refus de présenter  « un documentaire historique classique » et sa volonté « que le spectateur vive cette période quasiment en direct ». Les témoignages sont livrés sans aucune explication : le spectateur ne sait pas qui parle (on devine qu’une des femmes, qui cherchait à galvaniser les manifestantes, devait être proche du FLN, mais les autres ?) et aucun élément de contexte ne permet de mettre en perspective la parole des témoins ou les documents sonores. Contrairement à ce qui est écrit ici, ce film ne résume pas l’essentiel de ce qu’il faut retenir de cette journée du 17 octobre, il livre un point de vue, essentiellement celui des victimes, ce qui ne suffit pas à en faire un documentaire historique (pour une critique en règle voir ). Cela ne signifie pas qu’il soit sans intérêt, surtout pour des étudiants inscrits en histoire contemporaine du monde arabe (et que tous ceux qui étudient les dialectes maghrébins devraient aller voir pour entendre parler algérien).

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.