Frankenstein à Bagdad

6d7ea-mu-frankenstein-1
Ahmed Saadawi, Frankenstein à Bagdad, Paris, Pirahna, 2016, (traduction de France Meyer).

Frankenstein tue à Bagdad. Son corps est fait de morceaux humains déchiquetés par les explosions ; son âme est celle d’un homme tué lors d’un attentat aveugle. Sa mission : venger ces innocents en tuant leurs bourreaux. Pour l’accomplir, il parcourt la ville, passant de toit en toit. Mais la machine s’emballe et bientôt victimes et bourreaux se mêlent dans son être, des partisans  venus de nulle part se rassemblent autour de lui, une milice se forme avant de disparaître dans la fureur et le sang. Rendu à sa solitude, il continue de hanter la ville, échappant à la police comme aux forces américaines. A l’exception du chat Nabou et de sa vieille maîtresse, tous craignent de croiser un jour son visage hideux. « Il s’assied à notre table, au restaurant, il nous suit dans les magasins, il prend le bus avec nous. Il est partout, il peut se déplacer à une vitesse fulgurante, sauter de terrasse en terrasse, ou par-dessus les murs la nuit, et personne ne sait qui sera sa prochaine victime » (p. 355).

Frankenstein à Bagdad a reçu le prix en 2014 l’International Prize for Arabic Fiction, ce qui lui a valu d’être rapidement traduit en français. Il témoigne d’évolutions récentes de la littérature arabe gagnée par le fantastique ou la science fiction1. Le roman entremêle avec grande habileté une fable fantastique, celle d’une créature « Sans Nom » poursuivie par une mystérieuses brigade de Surveillance et d’Intervention guidée par des mages inspirés ; et un tableau du quartier de Batawin qui a vu naître le monstre dans une « ruine juive » squattée par un chiffonnier fou, voisin d’une vieille assyrienne que ses filles cherchent par tous les moyens à faire quitter la ville, le tout sous les yeux d’un spéculateur immobilier sans scrupules ; tandis qu’un jeune homme naïf s’essaie au journalisme.

C’est le miracle de la fiction que de décupler les effets de réel. Sociologues et politologues spécialistes de la Syrie et de l’Irak évoquent la « destruction des sociétés » sous l’effet de la guerre civile, des interventions étrangères, des migrations de masse, d’une corruption endémique et d’une violence omniprésente. Ici aucune considération géopolitique ; « sunnite » et « chiite » ne sont pas des catégories opérantes, les Américains comme les partis irakiens sont relégués en fond de scène comme des éléments du décor. Aucune explication car là n’est pas le propos. À la lecture du roman, on plonge avec effroi dans le quotidien de Bagdad, sa société détruite ou en en voie de l’être. Redoutablement efficace.

  1. Ahmed Khaled Towfik, Utopia, Paris, 2013, Ombres noires ; sur ce livre, voir : Delphine Pagès-El Karoui, « Utopia ou l’anti-Tahrir: le pire des mondes dans le roman de A. K. Towfik », EchoGéo [Online], 25 | 2013, Online since 10 October 2013, connection on 08 October 2016. URL : http://echogeo.revues.org/13512 []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *